ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Fiscalité et retraite : avez-vous entendu parler du PERP ?

| Publié le 01-09-2019 13:34 |
Fiscalité et retraite : avez-vous entendu parler du PERP ?
Crédit(s) photo(s) : (c)Shutterstock  

Si vous souhaitez mettre de l'argent de côté en prévision de la retraite, le Plan d'Épargne Retraite Populaire (PERP) s'avère être un produit intéressant notamment parce que les versements annuels sont déductibles de votre impôt sur le revenu. Mais dépêchez-vous, plus aucune ouverture ne sera possible à compter du 1er octobre 2020.

Ouvrir un PERP pour se constituer une retraite complémentaire

D'après un récent sondage, 65% des Français pensent qu'ils vont devoir financer eux-mêmes leur retraite. En Ile-de-France, ils sont même plus de 70% à avoir cette opinion. Si les placements traditionnels tels que le Livret A ou l'assurance-vie en euros restent plébiscités par une majorité d'actifs, force est de constater qu'ils ne rapportent plus rien. Avec des rendements annuels inférieurs à l'inflation, ils sont même source d'une potentielle perte de pouvoir d'achat.

Les produits de placement taillés spécialement pour la retraite sont finalement peu connus. C'est notamment le cas du PERP, ou Plan d'Épargne Retraite Populaire, qui a pourtant le mérite de se positionner comme une vraie option pour se constituer une retraite complémentaire.

Le PERP est un contrat par capitalisation, ce qui signifie que les sommes versées génèrent elles-mêmes des intérêts. Durant la première phase du plan, l'adhérant épargne en versant des sommes de manière libre ou programmée. Au moment de la retraite, le PERP se dénoue et l'adhérent perçoit une rente viagère. Dans certains cas, il est aussi possible de sortir partiellement en capital (20%).

A lire également Tout comprendre sur le PERP avant qu'il ne soit trop tard


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !

Une déduction d'impôt sur le revenu à l'entrée

Chaque année, les versements effectués sont déductibles du revenu imposable dans une certaine limite. Pour ceux effectués en 2019, ce plafond correspond à 31 786 € (soit 10% des revenus issus de l'activité professionnelle 2018 retenus dans la limite de 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale ou « PASS »). Pour les personnes dont les revenus sont moins importants ou qui sont faiblement imposées, un plafond spécial de 3 973 € a été instauré (10% du PASS), afin de conserver tout l'intérêt fiscal du PERP. Signalons toutefois que les éventuels versements effectués sur un autre support d'épargne-retraite, comme le PREFON ou le PERCO, entrent également dans ce plafond.

Si vous ouvrez un PERP en 2019, vous bénéficierez de l'intégralité de l'avantage fiscale. En revanche, l'entrée en vigueur du prélèvement à la source a eu des conséquences sur les PERP ouverts avant 2018 : pour ceux-là, le montant de la déduction applicable sur les revenus 2019 dépendra des cotisations que les contribuables ont versés en 2018. Si ceux-ci n'ont pas fait de versement l'année dernière pour cause « d'année blanche fiscale », ils pourraient bien ne rien pouvoir déduire de leurs revenus en 2019.

Autre avantage de la fiscalité du PERP : les contribuables qui n'auraient pas utilisé toute la déduction possible peuvent reporter le reliquat sur les 3 années suivantes.

Plus qu'un an pour souscrire un PERP

Suite à la réforme de l'épargne-retraite, les jours du PERP sont comptés. Ce produit sera fermé à la commercialisation à compter du 1er octobre 2020, remplacé par le Plan d'Épargne Retraite (PER). Mais bonne nouvelle, les versements resteront possibles sur les contrats déjà ouverts.

Ouvrir un PERP dès maintenant devrait permettre aux contribuables de figer les conditions liées à leur plan (fiscalité et calcul de la rente notamment). A terme, ils pourront ainsi avoir le choix de l'utiliser si les autres produits d'épargne retraite sont moins avantageux.

En l'état actuel de la fiscalité, les rentes viagères sont taxées à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des pensions et retraites et rentes après abattement de 10%. Elles sont aussi soumises aux contributions sociales (10,1%).

Sur le même thème : Le nouveau plan d'épargne retraite (PER) : vraie ou fausse bonne idée ?

Article noté  4.7/5 (6 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site