ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Startup & PME

Créer une entreprise sans argent ni relations, c'est possible !



Créer son entreprise est un rêve pour de nombreuses personnes. Hélas, beaucoup finissent par abandonner l'idée, persuadées qu'elles n'ont aucune chance de réussir puisqu'elles n'ont ni argent à investir, ni relations. Pourtant, des solutions existent.

Temps de lecture : 8 minute(s) - | Mis à jour le 24-03-2022 08:26 | Publié le 14-02-2022 13:28
Photo : Shutterstock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

Il faut au moins 3 ans pour stabiliser son activité

« Créer » une entreprise est à la portée de tous. Les démarches pour déposer les statuts juridiques et s'immatriculer ont été considérablement facilitées depuis quelques années.

Mais le plus difficile est de lancer concrètement son activité, puis de la rentabiliser. Pour réussir, il faut pouvoir mobiliser une forte implication dans son projet. Penser son offre, créer le bien ou le service et trouver les clients qui sont prêts à le payer.

Il existe un décalage inévitable entre le démarrage du projet et le moment où l'entreprise atteint un seuil suffisant pour assurer sa pérennité. En général, il faut au moins 3 ans pour arriver à la vitesse de croisière. Durant cette période, il n'est pas rare de devoir repenser plusieurs fois le projet pour l'adapter à la réalité du terrain. Entreprendre est une aventure passionnante, qui met parfois les émotions à rude épreuve.

Tout le monde ne créera pas le nouveau « BlablaCar », la nouvelle « licorne » ou start-up à la mode qui vaudra plusieurs millions d'euros en quelques années. Ce n'est de toute façon par l'objectif de toutes celles et ceux qui entreprennent.

Reste que dans presque l'ensemble des activités, il faut réussir à mobiliser des moyens financiers et commerciaux pour s'installer et se développer. Évidemment, c'est plus simple quand on a de l'argent et un solide réseau. Mais ce n'est pas parce que l'on n'a ni l'un, ni l'autre, que c'est impossible.

>> A LIRE : Publier une annonce légale : ce que vous devez savoir

Le projet de création d'entreprise peut prendre de multiples formes : auto entreprise, entreprise individuelle, micro entreprise, société commerciale, commerçant...


Etoro pas de commissions


Combien faut-il pour créer une entreprise ? Tout dépend du secteur et de l'activité

En France, il est possible de créer une société avec seulement 1 euro, et il est aussi très simple d'entreprendre en tant qu'indépendant. Il n'en reste pas moins que des investissements sont nécessaires dans l'immense majorité des cas.

Le montant nécessaire pour créer son entreprise va être très différent en fonction de l'activité. Certains devront peu investir. C'est par exemple le cas de toutes les activités qui peuvent être exercées uniquement grâce à un ordinateur. D'autres devront trouver des millions d'euros, par exemple créer une usine ou développer un nouveau produit pharmaceutique. Entre ces deux cas extrêmes, les réalités sont nombreuses.

Dans tous les cas, plus l'entrepreneur peut mobiliser de fonds, plus il pourra avancer vite en couvrant les dépenses liées à son développement : moyens commerciaux et marketing pour trouver ses clients, recrutements, conseils externes, achat de matières premières, de véhicules, de points de vente, création d'un site Internet et référencement, présence sur les réseaux sociaux...

>> A LIRE : French Tech : de futures licornes se cachent dans le Next 40/120


Oui, créer une entreprise sans argent, c'est possible

Avant de se lancer, il faut savoir de quel montant on a besoin pour commencer à générer du chiffre d'affaires. Ne nous le cachons pas, l'argent est l'un des moteurs de la réussite d'une activité. En manquer n'est toutefois pas une garantie d'échec.

Le préalable est d'élaborer un "business plan". Il s'agit de définir un modèle économique, c'est-à-dire la manière dont l'entreprise va fonctionner pour créer du chiffre d'affaires et devenir rentable. Le business plan va projeter l'activité sur 3 ans et évaluer les recettes et les dépenses, ainsi que les moyens de financer l'activité. Dans de nombreux cas, un financement externe va être nécessaire pour lancer le projet.

Si la personne qui entreprend ne peut pas mobiliser l'intégralité de la somme dont elle a besoin (ce qui est le cas le plus courant), elle a plusieurs options. Elle peut par exemple s'associer avec d'autres entrepreneurs ou trouver des investisseurs, qui créeront la société avec elle et partageront les éventuels bénéfices.

Les premières levées de fonds se font généralement dans l'entourage proche (on appelle cela la "Love Money"). Certains fonds d'investissement peuvent aussi prendre des participations, mais il faut signaler que c'est assez rare au démarrage de nouvelles sociétés, sauf si l'entrepreneur a déjà fait ses preuves.

D'autres solutions existent pour créer son entreprise sans apport. L'une d'entre elles étant d'avoir recours au financement participatif. Plusieurs possibilités sont offertes : demander aux Internautes de faire des dons en faveur du projet, emprunter de l'argent ou chercher des investisseurs particuliers. Dans tous les cas, exposer son projet sur une plateforme de crowdfunding a aussi comme vertu de contribuer à bâtir une communauté, dans laquelle il sera possible de trouver des clients ou des fournisseurs.

>> A LIRE : Assurance perte d'emploi entrepreneur : quelle protection sociale pour le dirigeant ?

etoro-stocks

Les prêts et garanties de prêt à la création d'entreprise

Le recours au prêt permet parfois de boucler son projet d'entreprise. Parmi les diverses possibilités, les prêts d'honneur sont proposés aux porteurs de projet par des associations pour la création et la reprise d'entreprise.

Ces crédits à taux d'intérêt zéro n'exigent pas de garantie ou caution en retour. Autrement dit, les associations prennent le risque de ne jamais être remboursées si l'entrepreneur échoue. En principe, le prêt d'honneur ne remplace pas le prêt bancaire. Il permet plutôt de constituer un apport personnel solide pour négocier un crédit avec sa banque.

Le Réseau Entreprendre accorde des prêts d'honneur d'un montant allant de 10.000 à 50.000 euros remboursables sur 5 ans. Les plateformes Initiative, qui sont des associations d'accompagnement de projets au plan local, octroient aussi ce type de crédits. En outre, les banques proposent des crédits pour accompagner les jeunes entrepreneurs. Mais la plupart acceptent difficilement de financer les candidats au prêt en début d'activité, ou de financer des besoins immatériels comme des recrutements ou de la publicité.

Dans ce cas, il est possible de se tourner vers la Banque Publique d'Investissement (BPI France) qui propose une « Garantie Création ». La structure se porte caution à hauteur de 50 à 60 %, des prêts destinés à la création d'entreprise.

La Garantie Création s'adresse :

- aux personnes physiques pour des prêts à titre personnel dans le but de financer une PME qui vient d'être créée,
- et aux petites et moyennes entreprises (PME) qui existent depuis 3 ans au moins.

Cette garantie peut couvrir l'achat de fonds de commerce, le découvert notifié, les investissements matériels et immatériels, etc.

France Active propose également une garantie pour aider les demandeurs d'emploi ou en situation de précarité à monter leur business. La garantie France Active peut couvrir jusqu'à 65 % du crédit, avec une limite fixée à 45 000 euros. Les prêts concernés sont ceux ayant une durée d'au moins 2 ans. France Active propose spécialement aux femmes la garantie Égalité qui s'élève à 80 % du montant emprunté.



>> A LIRE : Expert-comptable en ligne : comparatif et tarifs


Les aides à la création d'entreprise

Les jeunes entrepreneurs peuvent prétendre à diverses aides pour mettre sur pied leurs entreprises. Il y a entre autres les mesures d'exonération de charges sociales en début d'activité et les dispositifs financiers mis en place par les collectivités territoriales.

Les aides offertes varient selon les profils et les régions. Un jeune entrepreneur ou un étudiant-entrepreneur peut, par exemple, profiter d'aides telles que :

- Je deviens Entrepreneurqui permet de bénéficier du microcrédit, du prêt d'honneur, de suivre des ateliers,
- Cap'Jeunes qui donne droit à une prime de démarrage s'élevant à 2 000 euros,
- le Statut national Étudiant-entrepreneur destiné aux étudiants et jeunes diplômés ayant un projet de création d'entreprise,
- Entrepreneur#Leader pour financer les prestations d'accompagnement des jeunes d'Île-de-France...

Les concours nationaux et régionaux à la création d'entreprise sont aussi des dispositifs à travers lesquels les pouvoirs publics apportent des aides aux jeunes entrepreneurs. Par ailleurs, Pôle emploi accorde des aides spécifiques aux demandeurs d'emploi porteurs de projets. Il y a notamment le versement de l'ARCE (Aide à la Reprise ou Création d'Entreprise) qui représente 45 % des droits à indemnisation restants à la date du début de l'entreprise.

D'autres solutions comme les bourses d'opportunités sont disponibles pour monter son entreprise sans argent et sans relations.

Créer une entreprise : l'importance du réseau

La réussite d'une entreprise dépend de sa capacité à mobiliser un réseau autour de l'entreprise. Celui-ci sera peut-être constitué de clients, de fournisseurs, de distributeurs, d'une communauté...

Les personnes qui montent leur société en connaissant déjà quelques futurs clients ou apporteurs d'affaires ont d'autant plus de chance de réussir. Pour autant, ne pas avoir de réseau n'est pas une fatalité ! Celui-ci peut se construire petit à petit.

Souvent, sans même s'en rendre compte, on dispose déjà d'un réseau qui peut aussi aider dans le monde professionnel. Lorsque l'on crée son entreprise ou que l'on se lance en solo, il ne faut pas non plus négliger la puissance des relations que l'on a déjà tissées.

Des groupes d'amis ou des connaissances issues de ses écoles, de ses universités, de ses anciennes entreprises, de son club de sport ou de loisirs peuvent, à un moment ou un autre, aider dans son projet. En discutant et en parlant de son projet, de nouvelles idées ou de nouvelles pistes peuvent surgir : comment ajuster son offre, quelle personne contacter...

Les réseaux d'entrepreneurs et les réseaux d'entraide

Dans le but de favoriser le développement de leur entreprise, de nombreux entrepreneurs se mettent en réseaux. Ceux-ci ont l'avantage de permettre aux jeunes entrepreneurs de se créer un réseau professionnel, qui favorisera la recherche de clients et de fournisseurs.

Ces clubs d'entrepreneurs permettent aussi de "faire du réseautage" : rencontrer d'autres entrepreneurs ou des représentants de sociétés afin d'échanger sur son parcours, les bonnes pratiques ou ses besoins dans un esprit "gagnant-gagnant". Car outre les besoins liés à l'activité, l'une des difficultés de l'entrepreneuriat est la relative solitude que cette activité peut apporter.

Certains groupes de professionnels très structurés offrent aussi des accompagnements de diverses natures aux porteurs de projets. On peut citer :

- France Active qui apporte aussi des solutions financières aux jeunes entrepreneurs en début et en cours d'activité,
- Réseau Entreprendre, qui accompagne les entrepreneurs dans la création, la reprise et le développement d'entreprise,
- L'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique) qui propose des microcrédits,
- France Angels, dont les membres mettent leur argent personnel à disposition des jeunes entrepreneurs prometteurs,
- Les CCI (Chambres de Commerce et d'Industrie) qui assistent les porteurs de projets dans les démarches de création et de croissance d'entreprise
- Les Chambres d'agriculture qui facilitent la création d'entreprise en agriculture...

Ce ne sont pas les seuls, les réseaux de « business angels » sont nombreux sur le territoire.

À côté des réseaux qui rassemblent uniquement des entrepreneurs déjà installés, on a les réseaux auxquels adhèrent aussi bien les entrepreneurs que les porteurs de projets.

Au nombre de ces réseaux d'entraide, on trouve par exemple "Willa", qui fédère des start-ups orientées vers la technologie et engagées pour la mixité. Les femmes constituent la cible du réseau. Il en va de même pour le réseau Femmes des territoires avec ses dizaines d'antennes installées sur le territoire français et qui se développent au fil des années.

Le réseau Coopérer pour entreprendre mise sur l'entrepreneuriat collectif et regroupe des coopératives d'activités et d'emploi. Il accueille des porteurs de projets d'entreprise qui y testent leurs activités à grande échelle. Les jeunes entrepreneurs ont ensuite la possibilité de créer leurs propres entreprises ou d'évoluer en coopérative.

Création d'entreprise : les différentes étapes

Créer son entreprise s'effectue en plusieurs étapes. La première est de rédiger les statuts de la future société. Il s'agit d'un document juridique précisant son mode de fonctionnement ainsi que l'identité des fondateurs, le nom des premiers dirigeants, le capital social, l'adresse du siège social... Selon le type de société (SAS, SARL, SCI...), la forme de ces statuts est plus ou moins imposée par la loi.

Il est possible de les rédiger soi-même, de faire appel à un avocat en droit des sociétés ou de procéder sur Internet grâce à une plateforme spécialisée. Captain Contrat, dont la spécialité est d'assister les entreprises dans la rédaction de leurs documents juridiques, appui par exemple les porteurs de projets dans leur création d'entreprise.

Les statuts doivent ensuite être déposés aux greffes du tribunal de commerce du ressort du siège de la société, accompagnés de l'attestation de dépôt de capital, de la preuve de diffusion d'une annonce légale, d'un formulaire administratif et de diverses autres pièces (carte d'identité...). Cette démarche peut être effectuée par courrier, en se déplaçant ou en ligne sur le site des greffes. L'étape peut aussi être déléguée à un formaliste.




Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !




E-toro