Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Vie perso, vie pro


Gérer son argent en période de crise : bilan pour les Européens en 2023



Les habitudes d'épargne et de dépense des Européens semblent avoir beaucoup changé depuis le début de l'inflation, d'après une étude de la banque en ligne N26.

Temps de lecture : 6 minute(s) - | Mis à jour le 14-04-2023 15:06:00 | Publié le 14-04-2023 12:08  Photo : Shutterstock  
Gérer son argent en période de crise : bilan pour les Européens en 2023

L'année 2022 a été riche en événements qui ont bouleversé l'économie mondiale : pandémie, guerre en Ukraine, crise du pouvoir d'achat et perturbations de la chaîne d'approvisionnement ont laissé les économies chancelantes. Face aux défis actuels, de nombreux consommateurs européens ont cherché à réorganiser leur gestion financière et ont opté pour l'épargne afin de faire face à l'incertitude. Cependant, l'inflation a rapidement entravé ces efforts.

Ainsi, quel est le constat en termes d'habitudes de dépense et d'épargne chez les Européens pour l'année 2022 ? Quels marchés ont été les plus touchés par l'inflation ? Et quelles sont les prévisions pour l'année 2023 ? Pour répondre à ces questions, la banque en ligne N26 a mené une étude approfondie en analysant les données de plus de 380 000 clients répartis dans cinq pays européens.
Annonce
Assurance Vie

Épargne en 2022 : quels sont les pays les plus économes ?

L'inflation annuelle de la zone euro était de 5% à la fin de l'année 2021. En août 2022, ce chiffre a explosé pour atteindre 9,1%, puis 10% en septembre. Mais alors, quel a été l'impact de cette augmentation sur l'épargne ?

Taux d'épargne en 2022 : l'Espagne en tête

Même si les taux d'inflation ont été élevés, les clients en Espagne ont été les plus frugaux en augmentant considérablement leur taux d'épargne à partir de mars. Ils ont économisé en moyenne 7,2 % de leurs revenus, ce qui représente une augmentation relative de 57,2 %. Les Autrichiens ont également emboîté le pas en épargnant en moyenne jusqu'à 5,8 % de leurs revenus entre mars et août, alors qu'ils avaient enregistré une baisse de 2,9 % en janvier.

Viennent ensuite les clients allemands avec une moyenne de 5,1%. En revanche, les Italiens ont enregistré la plus forte baisse de leur taux d'épargne, leurs habitudes étant également très fluctuantes. En avril, en mai et en août, certains d'entre eux ont même dépensé plus que leurs revenus.

En France, bien que la hausse du niveau d'épargne soit moins élevée, elle n'en reste pas moins significative. Les clients N26 ont augmenté leur niveau d'épargne de 140 %, passant de -2 % à 0,8 % de leurs revenus moyens entre mars et août.



L'impact des mesures prises par les Etats face à l'inflation


Des mesures gouvernementales au cœur de l'épargne

Les gouvernements espagnol et allemand ont soutenu leurs citoyens dans l'épargne pendant la crise grâce à des initiatives gouvernementales intéressantes. En Espagne, le gouvernement a lancé une réduction de 20 centimes par litre de carburant pour tous les utilisateurs à la fin du mois de mars, et en juin, la Commission européenne a approuvé l'« exception ibérique », qui a permis de limiter le prix du gaz destiné à la production d'électricité, entraînant ainsi une baisse significative des factures d'électricité. Pendant ce temps, en Allemagne, les consommateurs ont pu économiser encore plus d'argent grâce au billet de train à 9 euros, qui leur a donné la possibilité d'utiliser les transports publics régionaux dans l'ensemble du pays pendant un mois entier.

Hausse des revenus et épargne : une corrélation justifiée ?

De mars à août, les revenus ont augmenté dans tous les pays étudiés, bien que cette augmentation ait été plus importante dans certains pays que dans d'autres. En Autriche, par exemple, les revenus ont augmenté de 17,7 % en moyenne par rapport aux mois de janvier et février, tandis qu'en Allemagne, la hausse n'a été que de 6,9 %.

Cependant, l'Allemagne a connu une baisse de l'épargne à partir de mars, avec seulement la moitié de ce qui avait été économisé pendant les deux premiers mois de l'année, que ce soit en valeur absolue ou en pourcentage des revenus. Heureusement, l'offre de billets de train à 9 euros a permis aux Allemands d'économiser 119,30 € en juin, ce qui représente une augmentation significative par rapport au mois de mai. En Italie, les revenus moyens ont augmenté de 14,7 % sur la seconde période, ce qui représente la deuxième plus forte augmentation relative de notre étude, après l'Autriche. Mais cette augmentation salariale n'a pas empêché la chute considérable de l'épargne du pays. En effet, les Italiens avaient réussi à économiser 4 % de leurs revenus au cours des deux premiers mois de l'année, mais ce chiffre est tombé à seulement 0,6 % entre mars et août, soit une variation relative de -84,2 %.



Les femmes seraient-elles plus économes que les hommes ?

Les femmes épargnent-elles plus que les hommes ? C'est en tout cas ce que suggèrent les données récentes, même si elles gagnent en moyenne près de 39 % de moins que leurs homologues masculins. Les femmes ont systématiquement épargné une plus grande partie de leurs revenus entre janvier et août 2022, soit 5,9 % en moyenne, contre seulement 3,7 % pour les hommes. Cette tendance se traduit par une épargne mensuelle moyenne de 112,20 € pour les femmes et 95,20 € pour les hommes.

L'impact de l'inflation sur les dépenses alimentaires

L'inflation a eu un impact majeur sur les dépenses des ménages dans différents pays, avec des résultats mitigés. Tandis que la France et l'Espagne ont enregistré une baisse de leurs dépenses alimentaires et quotidiennes, d'autres nations ont fait face à une augmentation rapide de ces catégories. Les produits alimentaires, les produits du quotidien ainsi que les coûts de transport ont été particulièrement touchés par l'augmentation des prix.

Au cours de la période allant de mars à août, les Autrichiens et les Allemands ont été les plus grands consommateurs de produits alimentaires et d'épicerie, avec une augmentation moyenne de 8,6 % et 9,2 % respectivement en valeur absolue, par rapport à janvier-février. En Italie, les dépenses alimentaires et d'épicerie ont connu la plus forte augmentation en valeur absolue, avec une hausse de 15,6 %. Toutefois, la France a connu une tendance inverse avec une diminution de 8,5 % en pourcentage des revenus moyens pour les dépenses liées à l'alimentation et aux produits d'épicerie, par rapport à celles réalisées en janvier et février. Une tendance similaire a été observée en Espagne, bien qu'elle ait été moins importante en termes de diminution des dépenses.

Augmentation du prix des transports : quel a été le budget des Européens en 2022 ?

En raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, les dépenses liées à l'automobile et aux transports ont connu une croissance généralisée, en particulier en Allemagne et en Italie. L'Italie a enregistré la plus forte hausse des dépenses dans cette catégorie, avec une augmentation surprenante de 53,5 % en valeur absolue par rapport aux mois de janvier et février. En Allemagne, ces dépenses ont augmenté en moyenne de 39,9 %, soit 24,95 € de plus chaque mois. Bien que la France ait également enregistré une hausse des dépenses dans cette catégorie (38 %), elle était la plus faible des pays étudiés.

Divertissement et inflation : les pays adaptent leur budget

L'été dernier a été marqué par des tendances de consommation différentes selon les pays en Europe. Les Allemands ont mis l'accent sur les sorties au bar et au restaurant, dépensant plus que toute autre population à l'étude. Leurs dépenses dans cette catégorie ont augmenté de manière spectaculaire de 31,9 % par rapport à leurs revenus moyens en janvier et février, atteignant 4,3 % en mars. Les Autrichiens ont également augmenté leurs dépenses dans cette catégorie de 26,5 %, passant de 3,6 % à 4,6 %. En revanche, les Espagnols ont fait preuve de discipline budgétaire, avec seulement 9,3 % de leurs revenus moyens dans cette catégorie.

Les Italiens ont quant à eux préféré se faire plaisir en voyageant. Leur budget voyage a atteint 5,6 % de leurs revenus (soit 75,95 euros en moyenne par mois) entre mars et août. Cela représente une augmentation absolue de 107 % par rapport à la période janvier-février, où ils ne dépensaient que 36,69 euros par mois pour leurs voyages. Les Espagnols ont également augmenté leurs dépenses de voyage de 68,8 % en valeur absolue entre ces deux périodes.

Gestion du budget : quelles prévisions pour 2023 ?

En 2023, la France sera témoin d'un pic d'inflation impressionnant de 7% selon les prévisions de l'Insee. Les causes de cette hausse vertigineuse sont multiples : la fin de l'aide sur les carburants dès janvier, ainsi qu'une augmentation programmée des prix en gaz et électricité plafonnés à 15% en janvier et février. Cependant, il y a une lueur d'espoir : la situation devrait se stabiliser au printemps avec une retombée prévue de l'inflation à 5,5% en juin.
Méthodologie : Les résultats présentés sont issus d'une étude menée par N26 qui a utilisé des données anonymisées de plus de 380 000 clients en Europe (Espagne, Allemagne, Autriche, France et Italie) entre janvier et août 2022, portant sur leurs habitudes d'épargne et de dépenses. Dans cette étude, les termes "revenus" et "dépenses" se réfèrent respectivement à tous les virements entrants et sortants du compte bancaire principal des participants, tandis que "montant épargné" ou "épargne" désigne la différence entre les deux. Pour effectuer leur analyse, N26 a classé les opérations selon les catégories de dépenses telles qu'elles sont définies dans la section gestion de l'application N26 de ses clients.

Créée en 2015 en Allemagne, la néobanque N26 revendique 2,5 millions de clients en France sur un total de 8 millions. Elle a levé 900 millions de dollars pour développer ses services et a développé une palette d'outils 100% numériques. Elle propose des services innovants comme la mise à jour automatique du solde du compte après chaque transaction et l'épargne automatique à chaque achat, via un système d'arrondi à l'euro supérieur. Des outils statistiques présents sur l'application mobile permettent aux utilisateurs de suivre leur budget mois par mois et d'obtenir des projections pour le mois à venir, afin de mieux planifier leurs dépenses.



La rédaction vous suggère :

-> Les 5 sportifs les plus riches du monde sont...

-> La Cour des comptes alerte sur un risque de dérapage du budget

-> Où placer son argent en 2023 ? Nos pistes selon le montant


Annonce Trading

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (1)

Pas mal cette étude. Selon vous, est-ce que ces changements dans nos habitudes pourraient signifier un tournant dans la facon dont nous gerons nos finances en Europe, ou est-ce juste une reaction ponctuelle ? la crise ?