ideal investisseur
La synthèse de l'actualité économique et patrimoniale
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Culture

Les NFT, ces cryptoactifs qui chamboulent le monde de l'art (mais pas seulement)

En pleine croissance, les NFT sont à l'art ce que le Bitcoin est à la monnaie. Mais ils touchent aussi d'autres secteurs, comme les jeux vidéo ou le sport.

Par | Publié le 28-04-2021 14:36, Mis à jour le 28-04-2021 15:05
Photo : Nyan Cat, Adobe Stock  

Un NFT matérialise la propriété d'une oeuvre ou d'un objet virtuel

Un NFT est l'équivalent digital d'un titre de propriété. Comme dans le cas des cryptomonnaies, ces jetons numériques sont basés sur une blockchain*. Ils sont donc infalsifiables, le registre étant partagé entre des milliers d'utilisateurs à travers le monde.

Mais contrairement aux cryptomonnaies, il s'agit d'actifs « non fongible ». Un Bitcoin a la même valeur qu'un autre Bitcoin : ces deux jetons peuvent être échangés sans distinction. A l'inverse, un NFT est unique. Comme un tableau ou une sculpture, il dispose de sa propre identité. Il peut être librement acheté ou vendu et son prix dépend de l'offre et de la demande. Aussi nommés « cryptocollectibles » ou « cryptogoods », les NFT permettent d'acquérir toutes sortes d'objets numériques « uniques », dont des oeuvres d'art virtuelles.

L'un des intérêts des NFT pour le monde de l'art est leur capacité à servir de certificat d'authenticité, grâce à cette identité numérique unique et infalsifiable. Il ne peut pas y avoir de doute sur le fait qu'une oeuvre soit « fausse ». L'inscription de l'intégralité de son historique dans une blockchain permet cette traçabilité réputée infaillible.

>> A LIRE : 10 cryptomonnaies alternatives au Bitcoin à suivre en 2021



Des NFT vendus à prix d'or

Avec les NFT, le marché de l'art prend un tournant quelque peu déroutant : quel est l'intérêt d'acheter une oeuvre numérique, par définition reproductible à l'infini ? La réponse relève peut-être de la philosophie. Reste que prisés des collectionneurs d'art numérique, ces actifs numériques sont devenus le moteur de l'ascension de crypto-artistes qui étaient pratiquement inconnus jusqu'à maintenant.

Figure de proue, l'oeuvre The First 5,000 Days, un collage virtuel de l'artiste américain Beeple, a atteint le montant record de 69,3 millions de dollars lors d'une vente aux enchères chez Christie's en mars. La mise à prix n'avait été que de... 100 dollars. La vente de ce fichier jpeg a propulsé Beeple au 3ème rang des artistes vivants le plus cher au monde, tout en ouvrant « un nouveau chapitre de l'Histoire de l'art », selon ses mots.

D'autres crypto-artistes ont vu le prix de leurs oeuvres s'envoler grâce aux NFT. C'est par exemple le cas de Krista Kim, fondatrice du Techism Art Movement, dont la Digital house a été vendue pour environ 500 000 dollars. L'heureux propriétaire doit recevoir le fichier 3D de cette maison virtuelle avec son NFT. Chris Torres, inventeur du mème Internet représentant un chat volant sur un arc-en-ciel, a vendu son Nyan Cat en début d'année pour 300 Ethers (soit environ 420.000 euros).

Au mois de mars, Jack Dorsey, co-fondateur de Twitter, a vendu le premier message qu'il avait posté sur la plateforme le 21 mars 2006. Le message, « just setting up my twttr », a rapporté la somme incroyable de 2,9 millions de dollars.

Mais l'histoire la plus insolite est peut-être celle-ci. Kevin Roose, journaliste au New York Times, a décidé de vendre le NFT... d'un article qu'il a écrit au sujet des NFT. L'expérience a dépassé son imagination : alors qu'il pensait récolter quelques centaines de dollars pour ce « papier » librement consultable sur Internet, les enchères ont explosé. Le NFT a finalement été vendu pour 560.000 dollars à un collectionneur d'art numérique.

>> A LIRE : John Hamon lance sa propre monnaie, dans un projet artistique et cryptomonétaire


La création de NFT comme activité commerciale... dans un jeu vidéo

L'art n'est pas le seul secteur qui utilise les NFT. La création de NFT ne semble avoir que 2 limites : l'imagination nécessaire à la création d'objets numériques et... l'existence d'acheteurs. En réalité, ce concept de titre de propriété matérialisé dans une blockchain* et basé sur les cryptomonnaies ouvre de nombreuses perspectives, notamment dans les jeux vidéo.

S'il était déjà possible d'élever, vendre ou acheter des chats virtuels (via le jeu CryptoKitty), le jeu Sandbox crée un univers parallèle dans lequel il est possible d'avoir... une activité commerciale bien concrète. Ce monde virtuel permet à ses joueurs d'acheter l'un des 166.464 terrains (ou « lands ») qui le composent. Ils peuvent commencer par y construire une maison ou quelque chose d'autres. En 2020, la pré-vente de 10% de ces terres virtuelles avait été bouclée en seulement 5 heures, pour un montant d'environ 450.000 dollars.

La particularité du jeu est que les Internautes peuvent aussi créer de objets virtuels (ou « assets »), qui sont alors inscrits via des NFT sur la blockchain Ethereum. Libre à eux de les revendre à d'autres joueurs contre des Ethers. Bien évidemment, ces cryptomonnaies peuvent ensuite être converties dans une monnaie officielle.

>> A LIRE : Banksy : une oeuvre vendue près de 20 millions d'euros au profit de l'hôpital


Le monde succombe à la mode des NFT

L'euphorie qui entoure les NFT a fini par gagner le monde médiatique. Fin avril, le rappeur Eminem a mis en vente une série de NFT sur la plateforme Nifty Gateway, correspondant à des bandes-dessinées, cartes de base-ball et à un disque vinyle signé d'un de ses albums. L'animatrice américaine star Ellen DeGeneres a mis aux enchères l'un de ses selfies, sur lequel elle pose en pleine émission avec un dessin de chat : la pièce a rapporté plus de 33.000 dollars.

Le monde du sport commence lui aussi à surfer sur cette nouvelle tendance. Il y a quelques jours, le PSG a annoncé mettre en vente ses premiers NFT artistiques. Il s'agit de 11 Lucky Buddy, une figurine numérique créée par l'artiste Ludo. Elle sont déclinées en 5 variantes aux couleurs historiques du club de football. Plus de la moitié des bénéfices de la vente iront à des associations caritatives.

>> A LIRE : Comment acheter du Bitcoin ou des cryptomonnaies ?


Un cadre juridique et fiscal encore flou

Les NFT s'achètent au moyen de cryptomonnaies sur des plateformes d'échange spécialisées. Opensea et RareBits sont par exemple réputées pour être des spécialistes du marché secondaire. Toutes les transactions y sont immédiatement stockées sur une blockchain. Les tokens peuvent aussi être acquis directement auprès des émetteurs, mais ce type d'achat requiert une prudence extrême. D'autant que l'investissement dans les NFT est par nature très risqué : comme pour l'achat d'oeuvres d'art, mieux vaut ne pas investir dans une unique perspective de plus-value.

Dans le cas où les contribuables enregistrent des gains, la fiscalité liée à ces tokens reste floue. A tel point que le sénateur de l'Oise Jérôme Bascher (Les Républicains) a interpellé le ministère de l'Économie et des Finances le 15 avril dernier.

Si la loi Pacte de 2019 a permis de régir les actifs numériques, les NFT sortent de ce cadre. Leurs caractéristiques pourraient les rapprocher des cryptomonnaies, qui sont imposées comme des produits financiers, mais cette définition semble trop réductrice. « Dès lors, la fiscalité applicable consisterait à assimiler les NFT aux jetons des « Initial coin offering » (ICO)*. Or qu'en est-il des utility tokens*, qui servent à utiliser le service ? » demande le sénateur.

Faudrait-il pour autant les assimiler fiscalement à des objets d'art ? « Difficile de les inclure, car les NFT sont clairement dans une autre catégorie que les oeuvres [de l'esprit telles que définies par la loi]. Mais aussi difficile de les exclure, car le droit évolue et la définition d'une oeuvre demeure très subjective », indique Jérôme Bascher. Si le marché persiste à s'envoler, le débat devra être tranché rapidement.


Envie d'ajouter un commentaire ? De poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !



S'abonner à la newsletter




Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Blockchain :
La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations fonctionnant sans organe central de contrôle. C'est une base de données partagée qui contient l'historique de toutes les transactions effectuées entre ses utilisateurs depuis son origine. Elle est réputée sécurisée car son partage à grande échelle la rend infalsifiable.

Crypto-actifs :
Les « crypto-actifs » sont des actifs virtuels, accessibles seulement depuis une plateforme Internet. Il s'agit par exemple des cryptomonnaies comme le Bitcoin. Ils n'ont actuellement pas d'existence légale en France, bien qu'ils soient utilisés pour spéculer.

Cryptomonnaie :
Une cryptomonnaie est une monnaie virtuelle. La plus célèbre est actuellement le Bitcoin. Elle n'est pas émise par une banque centrale et n'a pas de correspondance en espèce. Les cryptomonnaies sont uniquement échangeables grâce au protocole blockchain. Aucune n'a actuellement de cours légal.

ICO (Inital Coin Offering) :
Une ICO (Initial Coin Offering) est une levée de fonds qui fonctionne sur le principe de l’émission d’actifs numériques (des tokens) échangeables uniquement contre des cryptomonnaies.

Tocken ou jeton numérique :
Un token est un actif numérique émis puis échangeable sur une blockchain.