ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

La finance solidaire poursuit son envolée

| Publié le 03-06-2019 14:21 | Mise à jour le 12-06-2019 17:54
La finance solidaire poursuit son envolée
Crédit photo : © Shutterstock  

L'intérêt des Français pour la finance solidaire s'accroît. Selon le 17ème baromètre de l'association Finansol et du quotidien La Croix, 1 milliard d'euros y a été investi en 2018. Son encours total a progressé de près de 9% en 1 an.

• La finance solidaire consiste à placer de l'argent dans des entreprises d'abord en raison de la forte utilité sociale ou environnementale de leur activité.
• Le potentiel de rentabilité est placé au second plan dans cette démarche d'investissement.
• Le nombre de banques et d'assureurs proposant ce type de placement s'accroît d'année en année.

Belle progression pour la finance solidaire en 2018

La dernière édition du baromètre annuel de Finansol et du quotidien La Croix fait part d'une belle progression de la finance solidaire en 2018. En fin d'année, son encours total s'élevait à 12,6 milliards d'euros, affichant une progression de 8,7% sur un an. 423 000 nouvelles souscriptions ont ainsi été enregistrées sur l'année, contre 365 000 en 2017.

Si le montant investi par les Français reste faible par rapport à celui de l'assurance-vie (elle compte 1700 milliards d'euros d'encours), la progression de la collecte souligne l'intérêt croissant des particuliers et des investisseurs institutionnels pour les placements de partage.

A lire également : L'investissement socialement responsable à la conquête du grand public

La lutte contre l'exclusion : premier secteur financé

Selon Finansol, près de 370 millions d'euros ont pu être distribués pour financer des projets à vocation sociale ou environnementale. Les premiers secteurs qui bénéficient de la finance solidaire sont ceux relatifs à la lutte contre l'exclusion (environ 50% des fonds y sont alloués), comme par exemple le financement de logements très sociaux ou l'accompagnement à l'insertion par l'activité économique.

Le financement des activités liées à la protection de l'environnement a également beaucoup progressé. Il représente désormais environ 25% des placements solidaires. Des projets concernant le développement des filières agricoles biologiques, la production en circuit court et les énergies renouvelables ont ainsi trouvé une source de capitaux.

Sur le même thème : Dons aux associations : soutenir une cause permet toujours de réduire ses impôts

L'épargne salariale principale source des investissements solidaires

Comme l'année dernière, les deux-tiers des placements dans la finance solidaire ont été réalisés par l'intermédiaire de l'épargne entreprise. En effet, depuis une dizaine d'années, la loi oblige les « Plan d'Epargne Entreprise (PEE) » à proposer au moins un fonds solidaire parmi les FCPE que peuvent choisir leurs souscripteurs. La démarche a permis de considérablement développer l'offre ainsi que la visibilité de ces produits auprès des particuliers.

Les placements réalisés via les banques, les assureurs et les mutuelles ont eux aussi progressé. Le nombre d'établissements proposant des produits financiers solidaires s'accroît en effet chaque année, aux côtés des acteurs historiques comme le Crédit Coopératif. On trouve par exemple des livrets d'épargne et des assurances-vie pour lesquels tout ou partie des intérêts sont reversés à des associations.

Finansol explique que l'ensemble de ces investissements ont permis de créer ou consolider 48 000 emplois et reloger plus de 3000 personnes. De même, plus de 4,1 millions d'euros de dons ont été versés à des associations, un chiffre néanmoins en baisse de 9% par rapport à 2017.

La collecte devrait encore progresser dans les prochaines années, la loi Pacte obligeant les assureurs à proposer au moins un fonds solidaire parmi leurs unités de compte dès 2022.

La disparition de l'impôt sur la fortune n'a pas eu d'impact sur l'investissement solidaire

L'investissement en direct dans les entreprises de l'économie sociale et solidaire a également pu progresser malgré la disparition de l'ISF. Placer de l'argent dans une telle entreprise ouvrait précédemment droit à une réduction d'impôt aux personnes assujetties à l'ISF. Le quotidien La Croix précise que l'absence de ces investisseurs particuliers a été compensée par l'apport en capital d'investisseurs institutionnels.

A noter :
La finance solidaire ne doit pas être confondue avec l'investissement socialement responsable (ISR). L'ISR consiste à choisir d'investir dans des titres financiers en fonction des perspectives financières et de critères sociaux ou de développement durable.
La finance solidaire se consacre d'abord à choisir des entreprises non cotées en bourse, qui ont une forte utilité sociale ou environnementale.

Qui est Finansol ?
C'est une association qui promeut la solidarité dans l'épargne et la finance. Elle gère le Label Finansol, qui atteste que les produits financiers qui en sont titulaires respectent des critères de solidarité et de transparence. Près de 150 produits sont actuellement labellisés.


Article noté  4.7/5 (7 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site






Newsletter ideal-investisseur.fr


Mieux comprendre l’article

Les mots soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Encours :
Le mot encours désigne le montant total qu'une personne physique, morale ou un autre organisme détient ou doit à un tiers. En comptabilité, il fait référence à la valeur monétaire de ce qui est sur un compte en banque ou en stock.

Rechercher un article