Disponible sur Google Play
Download on the App Store 
ideal investisseur
ideal investisseur
Annonce




🏠 Accueil   ➤    Économie & Politique


Inflation, PIB : de bonnes nouvelles pour la France



Le PIB a progressé de manière inattendue en avril, tandis que l'inflation continue de reculer. Ces nouvelles surviennent quelques jours après l'éloignement des craintes liées à l'éventuelle dégradation de la note de la dette française.

Temps de lecture : 1 minute(s) - | Mis à jour le 30-04-2024 18:57 | Publié le 30-04-2024 18:39  Photo : Adobe Stock  
Inflation, PIB : de bonnes nouvelles pour la France

Une croissance tirée par la consommation des ménages

Les données publiées par l'INSEE au premier trimestre de 2024 montrent des signes de reprise modérée de l'économie française. La croissance du produit intérieur brut (PIB) ressort à 0,2%, dans la fourchette haute des prévisions initiales qui tablaient plutôt sur une stagnation. Pour rappel, le PIB avait progressé de 0,9% en 2023 (vs 2,5%), plombé par 3 trimestres atones.

La reprise de la consommation des ménages a significativement contribué à la croissance du premier trimestre. Cette dynamique a été soutenue par une baisse de l'inflation qui s'est établie à 2,2% en avril sur un an et s'approche de l’objectif de 2% considéré par la Banque Centrale Européenne comme optimal pour une croissance économique vertueuse.
Le regain a également été aidé par la progression des dépenses d’énergie (+0,7%) et les achats de produits alimentaires (+0,5%), catégorie dont les prix ont progressé modérément après leur explosion ces deux dernières années (+1,7% en un an).
Annonce
Assurance Vie

Secteurs en difficulté et commerce extérieur

L’INSEE signale que les achats de biens sont restés stables, bien que pénalisés par une chute notable des ventes de voitures neuves (-3,5%) due à des difficultés d’approvisionnement. La construction s’est quant à elle stabilisée au cours du trimestre.
En revanche, la contribution du commerce extérieur à la croissance a diminué et a atteint un niveau nul, bien que les exportations soient reparties à la hausse, notamment grâce aux produits alimentaires (+14,9%).


L'objectif de 1% de croissance sera-t-il atteint ?


Ces chiffres amènent les prévisionnistes à rester optimistes quant aux possibilités d’atteindre une croissance globale de 1% en 2024, sur laquelle le gouvernement a revu son budget. Avec une prévision initiale de 1,4%, il avait été contraint d’annoncer un plan d’économie de 10 milliards d’euros en février.

Alors que certains observateurs continuent d’estimer que l’objectif sera difficilement tenable, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est voulu optimiste sur le réseau social X : “À tous ceux qui veulent faire croire que notre économie est à l’arrêt : les faits sont têtus. La croissance française progresse. C’est un nouveau signe qui traduit la solidité de notre économie. La stratégie du gouvernement est payante”.

Pour atteindre cet objectif, la croissance économique devra se maintenir à un rythme trimestriel d'au moins 0,3% sur les trois prochains trimestres.


La rédaction vous suggère :

-> Les Jeux Olympiques 2024 peuvent-ils être rentables pour la France ?

-> Marché immobilier : des signes positifs, mais une reprise hésitante


Annonce Trading

Votre avis, vos débats, vos questions

* Information obligatoire
10000

Commentaires (3)

A priori, c'est une plutôt bonne nouvelle, un PIB en hausse et une inflation qui recule, on ne peut qu’attribuer cela à un semblant de reprise économique grâce à notre consommation. Ou peut-être que c'est juste un coup de chance, je ne sais pas. Par contre, je suis sceptique face à ces secteurs en difficulté, ça pèse forcément sur notre balance commerciale. Après les chiffres, on a coutume de dire qu'on présente ceux qu'on veut...

Je sais pas vous , mais moi ces nouvelles me mettent du baume au cœur ! Le PIB en hausse, l'inflation en baisse... J'espère que ce sera suffisant pour atteindre l'objectif de 1% de croissance. Vous croyez que c'est possible ?

En voilà une bonne nouvelle, ce PIB qui progresse. Mais alors, avec cette inflation qui recule, sera-t-on toujours capables d'atteindre l'objectif de 1% de croissance ?