ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

Livret A : le taux boosté à 1% fera toujours perdre de l'argent aux épargnants



La décision était attendue depuis le retour de l'inflation. Bruno Le Maire a annoncé le 14 janvier sur TF1 un taux « doublé » à compter du 1er février, passant de 0,50% à 1% par an.

Temps de lecture : 2 minute(s) - | Mis à jour le 14-01-2022 17:55 | Publié le 14-01-2022 17:21
Photo : Shutterstock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur
Annonce

Il est d'usage que l'évolution du taux soit proposé 2 fois par an par la Banque de France, sans pouvoir descendre en dessous d'un plancher déterminé par un calcul défini en 2017 par l'État. Pour le premier semestre 2022, ce taux minimum était de 0.80% par an. Mais la Banque de France a préféré proposer un taux de 1% au gouvernement pour « compenser » la forte inflation* de la fin d'année 2021 (2,8% en décembre, couplé à l'explosion du prix de l'énergie). Proposition acceptée par Bruno Le Maire.

Les épargnants qui détiennent un livret A y ont déposé 5.500 euros en moyenne. Si le taux passe de 0,50% à 1%, le gain annuel par personne progresse de 27,50 euros à 55 euros. La mesure peut donc sembler assez symbolique. Pour les finances publiques en revanche, cette hausse représente un coût supplémentaire de près de 1,8 milliard d'euros, pour une dépense globale de 3,4 milliards. C'est donc loin d'être anodin.

>> A LIRE : Impôts sur les donations et successions : le programme des candidats à la présidentielle



Le changement de méthode de calcul a fait baisser durablement le taux

Le taux du livret A a longtemps été obligatoirement au moins égal à l'inflation. Mais dans un univers durable de taux bas sur les marchés financiers, le financement des intérêts des épargnants est devenu un casse-tête pour l'État. Rappelons que l'épargne déposée sur ce livret est utilisée majoritairement pour financer le logement social. En clair, emprunter de l'argent aux épargnants était trop lourd pour les finances publiques dans ce contexte économique. En 2016, le gouvernement a donc décidé de geler le taux à 0,75% avant de changer le mode de calcul.

Exit le plancher de l'inflation, place à une moyenne entre le taux d'inflation semestriel et le taux de refinancement bancaire (EONIA). La méthode a eu pour effet de baisser durablement le taux de rémunération du livret A. Le taux EONIA est en effet compris entre -0,50% et 0% depuis 5 ans... Heureusement, l'État a aussi fixé un plancher à 0,50% par an, taux auquel le livret A est tombé en 2020.

>> A LIRE : Comment repérer une arnaque à l'investissement ?


La hausse du 1er février sera insuffisante pour compenser l'inflation

La hausse du 1er février reste une bonne nouvelle pour les épargnants, qui ont déposé environ 340 milliards d'euros sur le Livret A. Mais elle ne pourra pas compenser la perte de pouvoir d'achat liée à l'inflation.

En 2022, les prix devraient progresser de 2,7% selon l'INSEE. En parallèle, l'argent placé sur le livret ne sera revalorisé qu'à 1%. En clair, si vous placez 1000 euros début 2022, avec les 1010 euros que vous aurez acquis en janvier 2023, vous pourrez payer moins de choses qu'aujourd'hui.

Un taux qui progresse, mais qui ne compense pas l'inflation... Cela reste en droite ligne avec la stratégie du gouvernement : inciter les Français à injecter de l'argent dans l'économie réelle, que ce soit par la consommation ou par l'investissement dans les entreprises. Un message qui reste difficilement audible pour des épargnants qui craignent pour leur avenir et qui sont plus enclins à épargner...

>> A LIRE : Intérêts composés, intérêts fixes : quelle différence ?

Le coup de grâce aux fonds en euros traditionnels des assurances-vie ?
Le livret A est toujours une bonne solution pour placer une épargne de précaution, grâce à la disponibilité permanente des fonds et l'absence de fiscalité sur les gains. Avec son nouveau taux à 1%, le placement va aussi concurrencer les fonds en euros des assurances-vie. Leur taux de rémunération devrait s'établir autour de 1,10% bruts pour 2021, soit... 0,91% nets puisque leurs intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux.




Annonce


Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Inflation :
L'inflation peut se définir comme la hausse continue du niveau général des prix.

Une des conséquences de l'inflation est la perte de pouvoir d'achat de la monnaie. Lorsque les prix augmentent, la même quantité de monnaie ne suffit plus pour acheter les mêmes produits.

Par exemple, avec une inflation de 1,8% par an, un produit qui coûterait 100 € en 2022 pourrait coûter 101,8 € en 2023. Il faudrait donc augmenter la quantité de monnaie nécessaire pour acheter le produit.



Envie de donner votre avis, de poser une question ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !




Corum