ideal investisseur
Le magazine en ligne qui décrypte les placements et l'économie


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Crowdlending : un moyen d'investir en direct dans les PME françaises

| Publié le 05-04-2019 15:36 | Mise à jour le 17-04-2019 16:44
Crédit photo : © WeShareBonds  

Le crowdlending est une branche du financement participatif ou « crowdfunding ». Il permet aux particuliers (la « foule » ou crowd en anglais) de financer des PME françaises non cotées en bourse. Ce financement est effectué sous forme de prêt (lending en anglais). En 2016, le crowdlending représentait 41% du financement participatif en France. Découvrez la première partie de notre rubrique spéciale crowdlending, développée en partenariat avec la plateforme WeShareBonds.

Prêter de l'argent aux entreprises grâce au crowdlending

Le crowdlending est un système grâce auquel les particuliers prêtent de l'argent aux PME pour financer un projet précis. Les projets sont présélectionnés par une plateforme Internet de financement participatif spécialisée dans le prêt aux entreprises.

Les plateformes de crowdlending ont plusieurs rôles. D'abord, choisir des projets sur la base de critères financiers objectifs (santé de l'entreprise, bilan prévisionnel, potentiel du projet...). Ensuite, négocier les conditions financières du crédit. En tant que professionnelles de la finance, elles apportent leur expertise sur la viabilité financière des projets et la sécurité juridique des contrats de financement. Les plateformes assurent également la relation emprunteur/prêteur tout au long du prêt.

Les projets sélectionnés sont ensuite présentés sur la plateforme, accompagnés de toutes les analyses nécessaires à une bonne compréhension par les épargnants. Ceux-ci peuvent ainsi choisir quelle PME ils décident de soutenir à la lumière de nombreuses informations.

La plupart du temps, le prêt consenti prend la forme d'un titre financier nommé une « obligation ». Les particuliers vont investir à partir de 50€ pour une durée fixée à l'avance, généralement entre 18 mois et 3 ans.

Au terme de cette période, ils récupèreront leur capital. Pendant toute la durée du prêt, l'entreprise va leur payer des intérêts à un rythme et un taux eux aussi fixés à l'avance. Selon WeShareBonds, le taux d'intérêt atteint en moyenne 6,5% brut par an.

A lire également : Le crowdfunding, un système qui a toujours plus de succès

Les avantages et risques du crowdlending

Côté avantages, ce type de placement est transparent pour les investisseurs. Les particuliers sélectionnent eux-mêmes le projet dans lequel ils investissent et connaissent à l'avance l'échéancier de remboursement et le taux de rémunération. Le crowdlending leur permet de soutenir directement l'économie réelle pour développer de nouveaux projets ou créer des emplois. Ils voient concrètement comment est employé leur argent. C'est un geste en faveur de la croissance économique.

Pour les entreprises, le crowdlending est un mode de financement alternatif qui permet d'obtenir rapidement de l'argent par rapport à un financement bancaire classique. C'est aussi une manière de financer des besoins dits « immatériels », comme l'embauche d'un salarié ou une campagne de communication. Les banques sont en effet plus réticentes à financer ces besoins. Enfin, l'exposition du projet sur Internet auprès de particuliers leur permet également de créer une communauté de soutien et de se faire connaître.

Il existe aussi des inconvénients. L'argent étant utilisé par une entreprise pour son développement, il n'est pas possible de le récupérer avant la fin de la période de prêt. Le particulier doit pouvoir attendre le moment prévu pour le remboursement pour retrouver son capital.

Par ailleurs, comme tout investissement dans des entreprises, ce placement comporte des risques. L'activité d'une entreprise est par nature soumise à des aléas. Il est possible qu'une PME se retrouve en incapacité de paiement. Dans ce cas, il se peut que le capital investi ne soit pas remboursé et que les intérêts attendus ne soient pas versés. Les risques de perte en capital existent. Il est aussi très difficile de revendre ses titres.

Le crowdlending finance des entreprises non cotées en bourse (TPE, PME), c'est-à-dire dont les titres ne sont pas échangés sur les marchés financiers.
Les projets financés concernent notamment le développement de nouveaux produits ou services, l'expansion commerciale, l'achat d'équipements, l'emploi de salariés...

Quelques règles à suivre pour bien investir

L'investisseur doit être conscient du risque qui se présente à lui. Le crowdlending, et plus généralement le financement participatif, est un placement à envisager dans le cadre d'une diversification de son patrimoine financier.
Il est important de n'investir que de l'argent dont on n'a pas besoin pour vivre. L'hypothèse d'une perte du capital investi ne doit pas avoir d'impact sur le niveau de vie. Il est aussi conseillé de diversifier les projets dans lesquels l'argent est placé pour modérer le risque (on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier). Enfin, il est recommandé de privilégier les projets que l'on comprend et que l'on soutient dans ses convictions personnelles.

Lorsqu'un particulier investit dans un projet, son argent est bloqué sur un compte ouvert auprès d'un prestataire monnaie électronique. Celui-ci est obligatoirement agréé auprès de l'ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution). L'argent n'est versé au porteur de projet que si la collecte est un succès.

La réglementation du crowdlending

Le financement participatif dispose d'un cadre juridique précis depuis 2014. Tous les acteurs disposant du label « plateforme de financement participatif régulé par les autorités françaises » doivent le respecter. Ces plateformes sont soit immatriculées en Intermédiaire en Financement Participatif (IFP), soit en tant que Conseiller en Investissement Participatif (CIP). Chacun peut vérifier la bonne immatriculation d'une plateforme dans le répertoire de l'ORIAS (Organisme pour le Registre unique des Intermédiaires en Assurance).

Toutes les plateformes sont dans l'obligation de proposer un accès restreint aux projets et de présenter les risques de chaque investissement de façon transparente. Les particuliers sont donc obligés de s'inscrire pour avoir un accès détaillé aux projets en cours de financement.

Enfin, les entreprises en recherche de financement et présentées sur ces plateformes doivent répondre à des critères de qualité. Elles doivent notamment être transparentes et viables. Les éléments minimums nécessaires à leur sélection sont notamment :
- Avoir un historique
- Avoir un niveau minimum de chiffre d'affaires
- Avoir atteint un niveau de profitabilité
- Présenter une trésorerie positive pour les années à venir
- Pouvoir justifier d'une capacité d'endettement

Retrouvez prochainement la 2ème partie « Crowdlending : Dans quoi j'investis ? »

A propos de WeShareBonds :
WeShareBonds est une plateforme de crowdlending fondée par Cyril Tramon en 2015 et lancée en 2016. Elle permet à des particuliers et des professionnels de co-financer des crédits à destination directe des PME françaises. La plateforme investit aussi partiellement dans tous les projets qu'elle propose.
WeShareBonds a l'agrégation de Conseiller en Investissement Participatif (CIP), obtenue auprès l'Autorité des Marchés Financiers (AMF). Elle est également enregistrée auprès de l'ORIAS (n°16002193).


Article noté  4.8/5 (9 avis) -
 
Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site






Newsletter ideal-investisseur.fr


Brèves

  • Épargne • Linxea adopte la souscription 100% en ligne Linxea annonce avoir adopté la signature électronique CertEurope et avoir doublé les souscriptions d'assurance vie en ligne. Le passage par un dossier papier n'étant plus nécessaire, la société indique avoir augmenté son taux de transformation de 30%. 09/04
  • Entreprises • Nouvelle acquisition pour une SCPI de PAREF Paref Gestion annonce avoir signé l'acquisition d'un nouvel actif de bureaux à Marseille pour le compte de la SCPI Interpierre France. Acquis pour un montant de 4,6 M?, cet immeuble de 1 856 m2 comprend 39 places de parking. 04/04
  • Finance numérique • Koregraf annonce un nouveau succès Le spécialiste du crowdfunding immobilier déclare avoir remboursé 699 627 euros aux investisseurs ayant participé au financement des programmes immobiliers My Park (Loiret) et Le Titan (Var), avec un rendement annuel brut de 8% après 12 et 15 mois d'investissement. La société a finalisé 42 projets depuis 2014. 02/04
  • Placements • Swiss Life AM - Real Estate France achète 5 commerces en Espagne et en Allemagne. Ils seront alloués au fonds luxembourgeois Swiss Life REF (LUX) European Retail SCS, SICAV-SIF. 11/03
  • Art • Le Groupe Arcange crée Art'ange pour soutenir la création artistique émergente, signant la charte « 1 immeuble, 1 ?uvre » du Ministère de la Culture. L'objectif est d'intégrer l'oeuvre d'un artiste vivant dans chaque futur projet immobilier. 08/03
Rechercher un article