ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Combien coûte vraiment une piscine ?

| Publié le 07-07-2020 08:50 | Mise à jour le 17-07-2020 09:34
Combien coûte vraiment une piscine ?
Crédit(s) photo(s) : (c) Shutterstock  

La construction d'une piscine est projet qui intéresse certains particuliers qui veulent disposer d'un espace de loisir dans leur jardin. Il s'agit aussi d'un élément qui augmente la valeur globale du bien ainsi que sa valeur locative hypothétique. Cependant, outre le coût de l'aménagement, il faut également prévoir des frais d'entretien et les impôts qu'il faut payer aux collectivités territoriales.

Quel est le prix de l'aménagement d'une piscine ?

Le prix d'une piscine peut varier considérablement en fonction de divers critères comme :
• le modèle choisi (gonflable, en kit, hors-sol, autoportante, enterrée, etc.) ;
• les dimensions et la forme de la piscine ;
• le type de matériau utilisé pour la structure (polyester, acrylique, bois, acier, inox, béton, verre, etc.) et pour le revêtement du bassin ;
• D'autres aménagements supplémentaires peuvent être rajoutés et augmenter encore le devis de l'aménagement (terrassement, jacuzzi, fond mobile, etc.).

Les piscines en kit sont les plus abordables (de 100 à 15 000 euros). Les piscines autoportantes coûtent entre 250 et 6 000 euros. Le prix des modèles hors-sol varie de 1 000 à 12 000 euros. Pour les piscines enterrés, il faut compter entre 5 000 et 30 000 euros.

Dans le cadre de l'entretien annuel d'une piscine, il faut tenir compte de l'eau pour le remplissage, des produits d'entretien dont le prix varie en fonction des substances utilisées (chlore, brome, électrolyse au sel), l'électricité qui alimente les pompes et la prime d'assurance. Quelques années après la première mise en marche, certains éléments du local piscine ou de la structure peuvent aussi être défaillants et doivent faire l'objet d'un remplacement ou d'une réparation.

A lire : Le confinement a modifié le comportement immobilier des Français


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Pour quelle piscine faut-il payer la taxe d'habitation et la taxe foncière ?

L'aménagement d'une piscine enterrée dans le sol ou hors-sol va changer le montant des impôts locaux à payer si la structure est rigide : cela signifie qu'elle ne peut pas être déplacée sans démolition et qu'elle constitue un élément d'agrément comparable à une dépendance imposable au titre de la taxe d'habitation et de la taxe foncière. Cette disposition est prévue par l'article 1381 du Code Général des Impôts (CGI).

Comme la piscine est un élément qui augmente la valeur locative hypothétique d'un bien immobilier, le locataire devra s'acquitter d'un loyer plus élevé et cela influe sur le montant de la taxe foncière et de la taxe d'habitation. En effet, ces impôts deviennent plus lourds. La hausse de la taxe foncière peut être comprise entre 5 et 10 %. Plus la piscine est grande, plus la taxe à payer sera élevée.

L'article 1383 du Code Général des Impôts (CGI) prévoit une exonération de deux ans de taxe foncière sur les propriétés bâties sur les nouvelles constructions, les reconstructions et les extensions de construction. Le délai de deux ans est compté à partir de la date d'achèvement des travaux. Attention : il faut bien comprendre que dans le cas d'une piscine, l'exonération porte sur le montant de la taxe pour la piscine et non sur l'ensemble du montant à payer pour la propriété. Pour profiter de cette exonération, il faut compléter le formulaire 6704 IL, téléchargeable en ligne, et l'envoyer au centre des impôts fonciers le plus proche dans les 90 jours qui suivent la date d'achèvement des travaux.

Pour le calcul de la taxe foncière, plusieurs paramètres sont pris en compte : la valeur locative hypothétique ou valeur locative cadastrale (calculé à partir d'un forfait déterminé par les conditions locatives) ; le coefficient de revalorisation fixé tous les ans par le Parlement et le taux d'imposition défini au niveau des collectivités territoriales. Un autre cas d'exonération de la taxe foncière est également prévu. Si la piscine est construite dans une propriété louée sous bail à réhabilitation, une exonération temporaire s'applique jusqu'à ce que la réhabilitation soit complète.

L'exonération temporaire de la taxe foncière peut durer jusqu'à quinze ans, si la piscine est aménagée dans une propriété achetée et mise en location en faveur de personnes défavorisées.

A lire : La maison individuelle, nouveau rêve immobilier des Parisiens ?



La taxe d'aménagement, un élément moins connu à payer pour une piscine

Certains propriétaires qui entament la construction d'une piscine peuvent être surpris lorsqu'ils sont informés qu'ils doivent également s'acquitter d'une taxe d'aménagement. Selon le ministère de l'Économie et des Finances, il s'agit d'un impôt local collecté par la municipalité, le département et la région sur tous les travaux de construction, de reconstruction ou encore d'extension de bâtiments réalisés sur une propriété et nécessitant une autorisation d'urbanisme. Dès lors que le propriétaire fait une demande de permis de construire ou d'autorisation préalable.

Lorsque le bassin de la piscine occupe une surface de plus de 10 mètres carrés, la demande d'un permis de construire ou d'une autorisation de travaux est obligatoire. Ainsi, le propriétaire doit payer la taxe d'aménagement. Heureusement, il s'agit d'une charge qui ne se règle qu'une seule fois et son montant est calculé selon les dimensions de la piscine. Les autorités compétentes ont fixé une valeur forfaitaire au mètre carré (200 euros en 2020), mais ce montant varie en fonction de coefficients que la commune et le département fixent tous les ans.

Il est fortement recommandé de toujours déclarer la construction d'une nouvelle piscine. En effet, l'administration fiscale est équipée de moyens modernes qui leur permettent de déceler toutes les nouvelles constructions (photos par satellite). Si les travaux dissimulés sont découverts, de lourdes sanctions peuvent être appliquées.

A lire : Impôts fonciers, taxe d'habitation... : à quoi servent les impôts locaux ?


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !