ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

Les cryptos, un enjeu présidentiel qui reste (trop) discret



Près de 20% des Français déclarent que le projet des candidats à l'égard des cryptoactifs va influencer leur vote, selon une étude IPSOS pour KPMG et l'ADAN.

Temps de lecture : 2 minute(s) - | Mis à jour le 18-02-2022 09:15 | Publié le 17-02-2022 12:49
Photo : Shutterstock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

Voilà un enjeu électoral que peu ont vu venir. Les cryptoactifs séduisent un nombre croissant de Français, en recherche de rendement ou de protection contre l'inflation. Selon une étude de l'IPSOS dans le cadre du rapport "La crypto en France : structuration du secteur et adoption par le grand public" publié par l'ADAN et KPMG, 8% d'entre eux ont déjà investi dans des cryptomonnaies (Bitcoins, Ethers...) ou des NFT.

Mais au-delà du simple succès de ce nouveau type d'investissement, les cryptoactifs prennent une part importante dans les mutations qui sont en train de s'opérer dans le monde. Leur émergence ne semble pas pouvoir être ignorée des pouvoirs publics : elle porte de fortes implications en termes d'économie, de souveraineté mais aussi de protection des particuliers.

>> A LIRE : Pouvoir d'achat : l'UFC-Que Choisir propose 22 mesures choc



Un enjeu de souveraineté économique

Selon l'étude, 20% des Français déclarent que le projet des candidats à la présidentielle à l'égard des cryptoactifs va influencer leur vote. Le sujet est même « important », voire « déterminant » pour 26% de ceux qui ont investi sur les cryptomarchés. Certes, ramené à la population française, il ne s'agit que 2% des personnes appelées aux urnes. Mais ces données sont d'autant plus importantes que l'écart entre les candidats est faible.

Pour ces électeurs, les cryptos constituent un enjeu pour que le pays gagne en influence dans le monde, crée des emplois et ne perde pas sa souveraineté numérique. Ce dernier point est d'ailleurs central, si la France et l'Union européenne veulent s'affranchir de la puissance des GAFAM qui œuvrent à la mise en place de leur propre token. Leur position dominante pourrait, à l'avenir, fragiliser les politiques monétaires.

Aujourd'hui, seules 4% des personnes interrogées pensent que l'État soutient ce secteur. Le fait que les plateformes françaises subissent une concurrence déloyale des acteurs internationaux en est une illustration. Or, près de la moitié des personnes interrogées estiment que monnaies officielles et cryptos sont vouées à cohabiter (48%), mais rejettent les projets de monnaies numériques portés par la Banque centrale (63%). Les pouvoirs publics vont donc probablement être amenés à agir.

>> A LIRE : Pouvoir d'achat : les propositions des candidats à la présidentielle


La loi ne protège pas les investisseurs

La réglementation sera aussi l'un des points fondamentaux sur lesquels les candidats devront se positionner. L'enquête révèle par exemple que 37% des personnes qui ont misé sur les cryptos déclarent un revenu inférieur à 18.000 euros par an, et que 7% des investisseurs ont placé plus de la moitié de leurs économies dans les cryptoactifs. Ces données sont non négligeables compte tenu du risque associé.

De même, l'étude indique que les cryptomonnaies basées uniquement sur des mèmes, comme le « Dodge Coin » et le « Shib » sont devenues très populaires. En 2021, leur valeur avait explosé suite à des messages postés sur Twitter par des célébrités, dont Elon Musk. Ce fait interroge quant à l'influence des réseaux sociaux et des effets de mode, qui peuvent mener des néophytes à perdre de l'argent alors qu'ils ne peuvent pas toujours se le permettre.

Le phénomène des cryptos, hors champ de l'AMF et donc non-soumis aux obligations imposées aux produits financiers, soulève ainsi des questions importantes en matière de protection du public.

>> A LIRE : Metaverse : une première vente aux enchères dans un monde virtuel





Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

Crypto-actifs :
Les « crypto-actifs » sont des actifs virtuels, accessibles seulement depuis une plateforme Internet. Il s'agit par exemple des cryptomonnaies comme le Bitcoin. Ils n'ont actuellement pas d'existence légale en France, bien qu'ils soient utilisés pour spéculer.

Cryptomonnaie :
Une cryptomonnaie est une monnaie virtuelle. La plus célèbre est actuellement le Bitcoin. Elle n'est pas émise par une banque centrale et n'a pas de correspondance en espèce. Les cryptomonnaies sont uniquement échangeables grâce au protocole blockchain. Aucune n'a actuellement de cours légal.


Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !




Coinhouse