ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Vers la baisse des prix de l'immobilier ? Les professionnels en désaccord

| Publié le 31-05-2020 11:56 | Mise à jour le 31-05-2020 12:16
Vers la baisse des prix de l'immobilier ? Les professionnels en désaccord
Crédit(s) photo(s) : (c) Shutterstock  

Les informations concernant le marché immobilier sont pour le moins contradictoires. Certains prédisent une baisse pouvant aller jusqu'à 15%, d'autres pensent que les prix vont continuer à augmenter. Que faut-il en penser ?

Un rebond provisoire ?

La pause brutale imposée au marché immobilier par le confinement n'a cessé de soulever la question : les prix vont-ils continuer à augmenter ou amorcer une baisse après cet évènement exceptionnel ?

Selon France Info, dès la fin du confinement, les transactions sont par exemple reparties à la hausse en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. « On a été littéralement débordés de coups de fil pour des visites », explique au média Bertrand Mathieu, responsable d'une agence immobilière à La Ciotat dans les Bouches-du-Rhône.

Autre tendance observée, la fuite des villes et l'engouement pour les extérieurs. Le site d'annonces immobilières Seloger annonce que les recherches concernant les maisons avec jardin dans les villes moyennes ont beaucoup augmenté durant le confinement. Des propos confirmés par Nathalie Santene de l'agence Côte et Ville à Marseille citée par France Info : « les demandes de visites se multiplient, dès qu'il s'agit de biens dans les villages ou dans les quartiers au calme ». A Paris, où les prix battaient déjà des records avant la crise du coronavirus, les appartements dotés d'un extérieur voient leur cote exploser. Selon Le Parisien, la présence d'un balcon ou d'une terrasse fait désormais grimper le prix de près de 9% en moyenne.

Mais cet engouement pourrait n'être que provisoire. Il pourrait cacher un effet de « rattrapage », porté par ceux qui doivent déménager avant la rentrée scolaire et qui ont vu leur projet freiné. Difficile d'y voir clair à l'heure actuelle, d'autant que la signature des actes de vente devrait rester bloquée jusqu'à fin juillet.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Des anticipations très différentes d'un professionnel à l'autre

Selon une étude de Standard and Poor'sS&P »), les prix de l'immobilier devraient baisser dans toute l'Europe. En France, l'agence de notation américaine prévoit un recul de 1,4 % en moyenne. Un chiffre qui peu significatif qui cache de grandes disparités entre les territoires, et qui reste bien en-dessous de la progression de 4% enregistrée en 2019. De l'aveu même de S&P, ces conclusions ne sont que des hypothèses puisque de multiples facteurs entrent en ligne de compte dans la formation des prix de l'immobilier. Tout dépendra notamment de la durée de présence du virus, d'une éventuelle seconde vague, et de l'effet de la crise sur le marché du travail.

Si S&P conclue à un ralentissement, l'étude trimestrielle des notaires d'Ile-de-France anticipe au contraire une hausse des prix à moyen terme. Les ventes ont chuté de 90% pendant le confinement, mais les prix ont progressé de 5%, a expliqué Thierry Delesalle, notaire et président de la commission statistique de la chambre des notaires d'Ile-de-France. Mais l'analyse ne se base que sur les promesses de vente signées ou négociées avant la crise du covid. La vraie tendance de l'évolution des prix devrait plutôt être connue au troisième trimestre, et dépendra des conséquences économiques de la pandémie. « Si vous avez deux millions de chômeurs en plus, il y aura un impact sur le marché immobilier, c'est évident », a expliqué Thierry Delesalle.

Du côté des agents immobiliers et des professionnels du secteur, la question du ralentissement du marché immobilier est plutôt embarrassante. Certains craignent de formuler une prophétie auto-réalisatrice. « Si on dit trop que les prix vont baisser, les gens vont attendre que les prix baissent pour acheter, et c'est ça qui entraînera la baisse des prix », explique Serge T., agent immobilier dans la région de Toulouse.

Les conclusions de Henry Buzy-Cazaux, Président de l'IMSI (Institut du Management des Services Immobiliers), vont dans le même sens. Dans une tribune accordée au journal Les Echos, il prie les professionnels de « dire la vérité », et voit la chute des prix comme « inexorable », celle-ci pouvant atteindre 5 à 15% selon la région.



Des pronostics difficiles à établir

Bien malin qui peut prétendre avoir une réponse claire sur une future hausse ou baisse des prix de l'immobilier à ce stade. Pour Bertrand Mathieu, le marché de l'immobilier dépend de quatre facteurs : « l'économie, l'emploi, les taux d'intérêt et le moral. Et on se doute qu'en septembre, ça va être compliqué au moins sur trois d'entre eux : la reprise, le marché de l'emploi et la confiance ».

L'évolution des prix de l'immobilier dépendra en effet de nombreux facteurs, comme la santé de l'économie, l'évolution du chômage, le moral des ménages, les taux des crédits et les anticipations des acheteurs et des vendeurs. Avec la conjoncture économique bouleversée de façon inédite, personne ne peut actuellement prédire avec certitude ce qui se passera dans 3 à 6 mois.

Ce qui est certain, c'est que les mauvaises nouvelles se succèdent depuis la sortie du confinement. Les suppressions d'emplois annoncées chez Renault et dans l'aérien ou envisagées à la SNCF, les dépôts de bilan d'enseignes comme Naf Naf, Camaïeu ou André et les difficultés de nombreuses entreprises malgré les aides colossales déployées par l'État sont des signaux inquiétants. En avril, le chômage a progressé de 22%. La France comptait 4,5 millions de demandeurs d'emploi, un triste chiffre qui égale celui de 1996.

La crise, qui touche déjà de nombreuses personnes, va probablement inciter une partie des Français à retarder leur projet immobilier et à épargner par crainte de l'avenir. Pendant le confinement, ceux-ci ont déjà mis de côté 55 milliards d'euros. Autant d'argent dont l'économie a été privée.


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !