ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Immobilier à Paris : 12 000 euros par mètre carré dans 5 arrondissements !

| Publié le 12-09-2019 11:26 |
Immobilier à Paris : 12 000 euros par mètre carré dans 5 arrondissements !
Crédit(s) photo(s) : Les Notaires du Grand Paris, dossier de presse 5/09/2019  

Nous y sommes : les prix parisiens ont dépassé les 10 000 euros par m2 en août. Dans leur point presse trimestriel, les Notaires du Grand Paris annoncent même que 5 arrondissements centraux ont franchi la barre des 12 000 euros par m2. Les prix devraient encore progresser d'ici la fin d'année.

Les prix immobiliers dans la capitale dépassent 10 000 euros / m2 en moyenne

L'immobilier parisien continue de crever le plafond. Depuis le mois d'août, il faut débourser plus de 10.000 euros par mètre carré en moyenne pour s'offrir un appartement dans la capitale. Sur la base des promesses de vente déjà signées, les Notaires du Grand Paris indiquent même que les prix devraient encore augmenter pour atteindre près de 10.300 euros par m2 en octobre.

« La hausse des prix s'accélère. Elle passerait de 6,3 % au deuxième trimestre 2019, sur un an, à 7,8 % en octobre. En quatre ans dans la capitale, les prix ont augmenté de 25 % ! », explique Thierry Delesalle, notaire dans la capitale.

La tendance haussière gagne la petite couronne, qui devrait atteindre à l'automne les 5.000 euros le m² en moyenne. La barre des 6.000 euros serait même franchie dans les Hauts-de-Seine, à 6.100 euros en octobre.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


Près de 14 000 euros / m2 pour le 6ème arrondissement

5 arrondissements du centre de Paris connaissent une percée sans précédent et dépassent aujourd'hui 12.000 euros par m2 en moyenne. Le plus cher reste le 6ème (Saint-Germain des Prés, Jardin du Luxembourg...), dans lequel les prix frôlent les 14 000 euros par m2 en moyenne. Pour vous offrir un 60m2, comptez environ 840 000 euros, hors frais de notaire.

Vient ensuite le 7ème arrondissement (Tour Eiffel, Invalides), dans lequel un appartement s'achète en moyenne 12 840 € /m2. Les 4ème (Notre-Dame de Paris), 1er (Ile de la Cité, Louvre) et 3ème (Le Marais, Arts et métiers) suivent, avec des prix entre 12.000 et 12.500 €/m2.

Les plafonds ne sont vraisemblablement pas encore atteints. Ce sont en effet les arrondissements les plus chers qui concentrent encore les plus fortes hausses de prix. Ainsi le 6ème encaisse une progression de 10% en un an, et le 8ème (Champs Élysées, Saint-Lazare...) plus de 13%. Seul le 1er arrondissement voit ses prix stagner.

A lire également : Il faut gagner 11 000 euros par mois pour s'offrir un appartement à Paris sans apport

Quelques arrondissements restent sous la barre des 9000 euros

Seuls 3 arrondissements du Nord et de l'Est de la capitale ne franchissent pas (encore ?) la barre des 9000 euros par m2 en moyenne. Le 19ème (La Chapelle, Belleville, Buttes-Chaumont...) reste le moins onéreux, affichant 8220 € / m2 selon les Notaires du Grand Paris. Viennent ensuite le 20ème (Père-Lachaise, Charonne) avec 8350 € /m2 et le 13ème (Gare d'Austerlitz, bibliothèque François Mitterrand) avec 8630 €.

Des prix qui varient du simple au double selon le quartier

Les prix moyens cachent de grandes disparités entre les quartiers parisiens. Les prix varient du simple au double entre le quartier le plus cher et le moins cher. Ainsi, il faut débourser plus de 17 000 euros par m2 à Odéon (6ème arrondissement), mais seulement 7470 € à la Chapelle (19ème arrondissement), soit 2,3 fois moins.

Côté record de prix de vente pour un logement, les notaires évoquent un 95m2 en duplex, toujours dans le quartier Odéon. Une zone qui a vu ses prix progresser de 35% en 5 ans. L'appartement a été vendu plus de 35.000 euros le m2, soit près de 3,4 millions d'euros, hors frais de notaire.

Côté hausse des prix, les grandes villes de province ne sont pas en reste. Lyon affiche +10% en un an, Nantes + 9%, Toulouse et Rennes +7%. Bordeaux et Nice, au contraire, stagnent voire reculent (-0.4%). Les marchés ont peut-être atteint leur point haut qu'elles ne pourront plus dépasser.

A lire également : Les autorités s'inquiètent du risque des taux bas pour les banques


Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site