ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

Peut-on encore dynamiser son épargne malgré les taux bas ?

| Publié le 13-12-2019 14:19 | Mise à jour le 13-12-2019 15:31
Peut-on encore dynamiser son épargne malgré les taux bas ?
Crédit(s) photo(s) : © Pixabay  

2019 marquera probablement un point de bascule pour les épargnants. Il est désormais difficile de savoir où placer ses économies. Les rendements des fonds en euros des assurances-vie sont en berne et les livrets sécurisés ne versent plus que des intérêts anecdotiques qui ne protègent plus de l'inflation. Résultat, le montant laissé sur les comptes courants explose. Que faire pour dynamiser son épargne en 2020 ?

Les Français encore réticents à se risquer sur les marchés financiers

C'est admis, pour espérer obtenir plus de rendement, il faut prendre plus de risques. Encore faut-il le vouloir, car en matière de placements financiers, rien n'est garanti. Pour certains, la crise de 2008 est encore dans les têtes. Plus récemment, la baisse subie par le marché actions sur le dernier trimestre de 2018 en a échaudé plus d'un : le CAC 40 avait alors dévissé de près de 11%.

Certes, un an plus tard, les rendements sont en hausse. Mais le marché reste volatile et le capital y est exposé. Les professionnels observent un essoufflement mondial, certains parlent même de récession. Pour les épargnants qui souhaitent protéger leur capital, cette solution est loin de convaincre.


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


L'assurance-vie en pleine mutation

La confusion vient aussi du fait que les épargnants sont fortement chahutés sur l'assurance-vie traditionnelle. Les fonds en euros voient leur rémunération fortement chuter, les taux des emprunts d'États sur lesquels ils sont basés étant désormais négatifs.

Si le capital déposé est garanti (hors frais de gestion), les rendements ont ainsi subi une baisse continuelle, passant de 2,90% en moyenne en 2012 à 1,60% en 2018. Et pour 2019, plusieurs grands assureurs viennent d'annoncer un taux de 1% brut. « Ce produit n'est plus une assurance sur la vie à proprement parler, mais un produit d'épargne défiscalisée », expliquait Frédéric Puzin, président de la société de gestion Corum lors d'une conférence de presse fin novembre.

Côté multisupport, les unités de compte ne recueillent que 25% des versements. Leur performance est corrélée à celle des marchés boursiers et une allocation diversifiée avec une partie investie sur un fonds en euros peut venir dynamiser le capital.

Mais l'immense majorité des épargnants garde une position conservatrice et a encore du mal à investir à risque, bien qu'ils soient progressivement guidés vers les assurances-vie multisupports. La contre-performance des unités de compte en 2018 (-8,9% en moyenne selon la FFA), portée par baisse des principales classes d'actifs mondiales et notamment des marchés actions, n'a pas eu de quoi les rassurer. Même si durant des périodes plus fastes, les rendements ont pu dépasser les 6,5% (2012 à 2016 notamment).



Les SCPI en forte progression

Dans ce contexte mouvant et incertain, l'immobilier vient une nouvelle fois rappeler son statut de valeur refuge. Alors que le nombre de transactions dans l'ancien devrait atteindre un record cette année, les produits d'immobilier indirect rencontrent un succès croissant.

Les SCPI vont vers un nouveau record de collecte, avec 6,1 milliards d'euros collectés sur les 3 premiers trimestres 2019 (source ASPIM). Et ce malgré une baisse du rendement moyen, passé de plus de 5% en 2013 à 4,35% en 2018. Une performance qui reste respectable, compte tenu du risque qui reste limité, bien qu'existant.

A lire également : Rendements records des SCPI de CORUM en 2018

Privilégier la diversification et saisir les opportunités

Alors comment sera-t-il possible de générer du rendement en 2020 dans un contexte de taux négatifs ? Selon Frédéric Puzin, « l'important est de privilégier les investissements sur le long terme, de préférence basés sur l'économie réelle. Investir au plus proche de ce qui crée de la valeur (emplois, production de biens ou services…) apporte un meilleur gage de stabilité que les marchés financiers, qui restent très volatiles ».

Pour le président de la société de gestion Corum, il faut également « rester ouvert et attentif à ce qu'il y a autour de nous », car « savoir saisir les opportunités est l'une des clés de l'investissement ». Ne pas adopter un comportement "moutonnier" peut faire la différence, « si l'on prend en compte que les marchés sont intelligents, mais pensent tous la même chose au même moment ». Avec pour conséquence le fait que tout le monde vend et achète en même temps. « L'important est de diversifier ses placements pour diluer et compenser les risques », conclue-t-il. Bien effectuée, la répartition de ses placements permet d'équilibrer les risques et les rendements.

Selon Corum, les obligations d'entreprises auraient un couple rendement/risque relativement attractif par rapport à d'autres produits financiers du marché. Reposant sur des fondamentaux stables, leur risque principal est la défaillance de la société émettrice. Dans ce cadre, le financement participatif peut aussi être une source de diversification, avec un rendement et un horizon de placement connus à l'avance.


Soutenez notre indépendance !

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ideal-investisseur.fr et nous vous remercions. Pour nous aider à vous offrir un contenu gratuit tout en conservant notre indépendance, vous soutien est précieux. Vous pouvez désormais nous soutenir en faisant un don défiscalisé. Cela ne prend qu’une minute !



Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à commenter :


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site