ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

Fonds d'investissement : pourquoi et comment investir ?



Les fonds d'investissement figurent parmi les véhicules financiers les plus populaires auprès des particuliers. Quels sont les différents types de fonds ? Comment y investir ? Quels sont les avantages et les risques liés à ces opérations ?

Temps de lecture : 7 minute(s) - | Mis à jour le 21-04-2022 12:56 | Publié le 17-02-2022 17:19
Photo : Shutterstock  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

Les fonds d'investissement : investir selon ses objectifs... et ses goûts

Les fonds d'investissement sont des sociétés créées pour collecter de l'argent auprès d'épargnants, d'investisseurs et/ou d'entreprises. L'argent ainsi mutualisé sert ensuite à investir dans un ou plusieurs actifs : actions d'entreprises cotées, obligations, immobilier, start-up, PME, voire d'autres fonds d'investissement...

En échange de leur participation, les investisseurs perçoivent un rendement, dont le montant est fonction de la performance dégagée par le fonds, et/ou une plus-value pour les fonds qui ont une échéance de clôture. La société financière qui gère les investissements prélève quant à elle des frais de gestion chaque année pour se rémunérer.

Les fonds d'investissement peuvent être créés par des banques, des assureurs, des sociétés de gestion de portefeuilles ou d'autres sociétés financières habilitées. La banque publique d'investissement BPI France crée aussi des fonds d'investissement, dont certains ont été ouverts aux particuliers. Ainsi, les fonds d'investissement prennent de multiples formes. Tout dépend de la stratégie définie au départ par leurs créateurs.

Dans tous les cas, n'importe quelle société ne peut pas s'improviser et créer son fonds d'investissement. Pour être qu'il soit distribué auprès du grand public, il doit être l'œuvre d'une société agréée, et le véhicule d'investissement doit disposer d'un visa de l'Autorité des marchés financiers.

>> A LIRE : La SOFICA : un support pour investir dans le cinéma français



Fonds d'investissement : quels avantages pour les particuliers ?

Parfois, les épargnants investissent déjà dans des fonds d'investissement sans le savoir. C'est par exemple le cas lorsqu'ils détiennent une assurance-vie multisupport, un plan d'épargne retraite (PER) ou un plan d'épargne entreprise (PEE). Les deux premiers placements proposent en effet d'investir dans des "unités de compte" et le troisième dans des FCPE, qui sont tous, la plupart du temps, des fonds d'investissement.

Leur avantage principal est de permettre une mutualisation de l'argent des épargnants et investisseurs, pour leur donner accès à des actifs autrement hors de portée tout en réduisant le risque grâce à une grande diversification. Ils peuvent en tirer des rendements réguliers si le fonds dégage une performance positive, ce qui n'est toutefois pas toujours le cas. Enfin, ils simplifient bien souvent l'accès aux marchés financiers ou à l'immobilier à grande échelle.

>> A LIRE : Bourse : faut-il revoir sa stratégie face à la hausse des taux ?


Le private equity, ou capital-investissement, pour investir dans les PME

Il existe de nombreux types de fonds d'investissement. Le capital-investissement, ou private equity, est l'un d'eux. Ces fonds financent des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse, en prenant des participations au capital ou en leur prêtant de l'argent. Il peut s'agir de jeunes sociétés, de start-up, de PME ou d'entreprise de taille intermédiaire, de PME régionales, d'entreprises d'un secteur particulier... Dans tous les cas, la société de gestion qui lance un fonds doit exposer clairement sa stratégie aux investisseurs, et ne peut, en principe, pas la changer en cours de route sans leur accord.

Parmi les fonds d'investissement qui relèvent du Private Equity, on trouve notamment :
Les fonds d'amorçage ou de capital-risque (FCPR). Ils interviennent dans le financement des entreprises durant leur premier stade de développement, et comportent donc un risque assez élevé. Ils investissent principalement dans de jeunes entreprises innovantes ou technologiques ayant un potentiel de développement commercial élevé.
Les fonds de capital-développement, qui concernent les entreprises matures de type TPE ou PME, qui recherchent des capitaux pour une deuxième phase de croissance (lancement de nouveaux produits, conquête de nouveaux marchés...). L'investissement permet alors de développer leurs activités ou d'accélérer leur croissance interne ou externe.
Les fonds de capital-transmission, qui se concentrent sur les transactions d'achat / revente d'entreprise. Ils servent au financement des montages financiers qui permettent de transmettre les entreprises.

Certains fonds sont spécialisés sur des thématiques précises :
Les FCPI, qui s'occupent de financer des sociétés innovantes et sont, à ce titre, encouragés par l'État. Pour les particuliers, la prise de parts peut ouvrir droit à une réduction d'impôt sur le revenu correspondant à 25 % du montant investi,
Les FPCI, qui sont réservés aux professionnels.

>> A LIRE : Les FPCI : des fonds d'investissement réservés aux investisseurs initiés



Les fonds d'investissement immobilier

Ce sont véhicules de placement qui se focalisent de façon quasi-exclusive sur des investissements liés au secteur de l'immobilier. En France, on retrouve notamment :
les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier), qui ont pour unique but d'investir dans des immeubles selon une stratégie définie (bureaux, commerces, logements...) puis de les exploiter,
Les "club deals", véhicules d'investissement sous forme de sociétés commerciales (SA, SCA voire SAS...) non-cotées en bourse, qui ont pour objectif d'investir dans des projets immobiliers (marchands de biens, promotion immobilière...) ou des sociétés liées à ce secteur,
Les OPCI (Organismes de Placement Collectif en Immobilier), qui investissent à la fois dans des immeubles et dans des actions ou obligations.

A noter : le financement participatif, dont le crowdfunding immobilier, n'a pas pour principe de faire investir dans des fonds d'investissement, mais des projets d'entreprises en direct.



>> A LIRE : Les cryptos attirent plus d'investisseurs que la bourse


Les fonds d'investissement qui investissent en bourse

Il s'agit généralement d'organismes nommés "OPCVM" (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières). Ces types de fonds peuvent investir dans les actions de grandes entreprises ou de PME cotées, mais également dans d'autres produits financiers comme les obligations, les matières premières, les devises... On trouve notamment :

Les SICAV, qu'un certain nombre de particuliers connaissent puisqu'ils sont souvent commercialisés par les banques. Ces sociétés ont pour objectif d'investir dans des valeurs mobilières comme des actions.
Les FPC, ou fonds commun de placements, qui ont le même objectif, mais une forme juridique différente.
Les FCPE, qui sont des fonds de placement spécifiques à l'épargne salariale et qui disposent d'un mode de fonctionnement qui leur est propre.

Les fonds investissant en bourse peuvent aussi être rencontrés sous les formes suivantes :

Certaines unités de compte, qui sont les supports que l'on retrouve dans les assurances-vie et plans d'épargne retraite. La plupart donnent accès à des fonds d'investissement déjà présent sur le marché;
Les ETF, ou aussi nommé "trackers", qui ont pour objectif d'acquérir des titres dans les mêmes proportions qu'un indice boursier (par exemple le CAC40), afin de reproduire ses performances pour le compte des investisseurs...

Les fonds qui investissent en bourse peuvent être eux-mêmes cotés.


Les hedges funds : c'est quoi ?

Les hedges funds sont des fonds d'investissement, mais ils n'ont pas de forme spécifique. S'ils ont mauvaise réputation, c'est qu'ils sont hautement spéculatifs. Ils sont en général destinés à investir de façon risquée et opportuniste en profitant de certaines faiblesses des marchés et des titres. Ils investissent souvent dans des produits financiers complexes, parfois opaques. Ils sont peu accessibles aux particuliers.

On retrouve plusieurs dans cette catégorie :
Les fonds vautours, qui rachètent la dette d'entreprises ou d'États à bas coût, et espère faire une plus-value en s'opposant à la restructuration de cette dette et en menant des actions en justice contre les emprunteurs,
Les fonds activistes, qui entrent au capital d'entreprises et font pression sur les équipes dirigeantes pour changer les stratégies afin de maximiser leurs profits et faire monter le cours du titre en bourse.

Comment investir dans un fonds d'investissement ?

Les particuliers désireux d'accéder à des fonds d'investissement peuvent s'y prendre de différentes façons.
Les fonds de private equity ainsi que les SCPI sont accessibles en direct. Les particuliers doivent alors s'adresser directement à leurs distributeurs pour souscrire, ou à un conseiller en gestion de patrimoine.

Le contrat d'assurance vie multisupport et le plan d'épargne retraite, tout comme le plan d'épargne salariale, sont aussi des enveloppes qui le permettent. Les deux premiers grâce aux choix d'unités de compte proposé au sein des contrats, et le troisième grâce aux FCPE. Attention, car tous les fonds d'investissement ne sont pas disponibles par ce biais. Le choix est limité à ceux qui ont été sélectionnés par le fournisseur du contrat.

Certains fonds sont également accessibles via un PEA. C'est le cas de certains ETF et OPCVM, à la condition qu'ils investissent eux-mêmes dans au moins 60% d'actions françaises. Le PEA permet de bénéficier de conditions fiscales avantageuses. Les dividendes et plus-values générées dans ce cadre sont exonérés d'impôt sur le revenu après 5 ans.

L'investissement peut aussi passer par l'ouverture d'un compte-titres auprès d'une banque ou d'un broker en ligne. Toutefois, l'idéal est de se faire accompagner par un expert du domaine quand on est novice, peu importe le type de fonds d'investissement choisi.

Les risques et potentiels rendements avec les fonds d'investissement

Les fonds d'investissement doivent être regardés comme une option de diversification du patrimoine. S'ils proposent de dynamiser un portefeuille, il ne faut pas perdre de vue qu'un potentiel de rendement élevé s'accompagne d'un risque élevé.

Ces deux aspects doivent être minutieusement analysés avant d'investir. Consulter le DICI, le Document d'Information Clé pour l'Investisseur de chaque placement convoité, permet de prendre connaissance du score de rendement/risque sur une échelle de 1 à 7.

Certains placements peuvent réaliser des performances à deux chiffres en une seule année. De la même façon, l'investisseur peut perdre une partie voire l'intégralité de son capital pour de nombreuses raisons : mauvais investissements menés par la société de gestion, frais trop élevés, faillite d'une partie des entreprises sur lesquels le fonds a misé, baisse des marchés financiers, risque de change en cas d'investissement internationaux... De même, les fonds non-cotés peuvent rendre la revente des parts difficile.

En réalité, il est compliqué de prédire le rendement auquel l'on peut s'attendre en plaçant de l'argent dans un fonds d'investissement. Les performances passées ne garantissent en aucun cas les futures. Ainsi, il est recommandé de n'investir que de l'argent dont vous n'avez pas besoin, et de vous assurer que la stratégie du fonds est adaptée à leur profil de risque.




Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !