ideal investisseur
Le magazine qui décrypte l'économie et les placements


ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

2 épargnants sur 3 n'ont jamais entendu parler du Plan d'épargne retraite (PER)

| Publié le 23-10-2019 10:51 | Mise à jour le 23-10-2019 10:58
2 épargnants sur 3 n'ont jamais entendu parler du Plan d'épargne retraite (PER)
Crédit(s) photo(s) : Arthur Chabrol, Directeur Général Délégué d'Aviva France et Directeur  

Un sondage d'Opinion Way pour Deloitte et l'assureur Aviva révèle le manque d'informations des Français sur le nouveau Plan d'épargne retraite. Pourtant, deux-tiers d'entre eux se disent inquiets quant à la baisse des revenus liée à la sortie de la vie active et beaucoup cherchent des solutions d'épargne.

Le plan d'épargne retraite reste peu connu des Français

La baisse du niveau de vie une fois à la retraite reste l'une des préoccupations majeures des Français. 81% d'entre eux déclarent épargner pour la préparer. En recherche de placements, ils favorisent pour l'essentiel l'immobilier et les fonds en euros des assurances-vie, deux produits « stars » qu'ils connaissent bien.

Pour ceux qui souhaitent diversifier leurs investissements, d'autres produits sont disponibles. Parmi eux, le nouveau Plan d'épargne retraite (PER), créé par la loi Pacte. Mais près d'un mois après son lancement, le sondage de l'institut Opinion Way pour Deloitte et Aviva révèle que seul 1 Français sur 3 a entendu parler de ce nouveau produit.

Comprendre : Découvrir le Plan d'épargne retraite, ses avantages et inconvénients


NEWSLETTER ideal-investisseur.fr :
Abonnez-vous ici !


1 Français sur 2 pourrait être intéressé par le PER

L'étude démontre que les caractéristiques du Plan d'épargne retraite (PER) sont convaincantes pour 50% des personnes interrogées, notamment grâce à la possibilité de sortir en capital, la sécurisation progressive de l'épargne, l'avantage fiscal à l'entrée et la transparence des frais. Elles reconnaissent ici l'intérêt de ces dispositions, moins rigides que celles du PERP, que le PER remplacera définitivement en 2020.

Pour la majorité des sondés, l'intérêt principal du PER reste cependant l'avantage fiscal à l'entrée. Rappelons que les versements effectués sur un Plan d'épargne retraite sont déductibles de l'impôt sur le revenu dans une certaine limite. En contrepartie, l'épargne est néanmoins fiscalisée à la sortie.

« Face à l'inquiétude liée à la baisse de leurs revenus lors du départ à la retraite, les particuliers épargnent aujourd'hui sur des supports non spécifiques et dont les caractéristiques ne couvrent pas complètement leurs attentes. », explique Arthur Chabrol, Directeur Général Délégué d'Aviva France et Directeur de l'Expertise Technique Vie. Le Plan d'épargne retraite pourrait donc séduire les épargnants, à condition que les professionnels puissent leur fournir toutes les informations nécessaires à la décision. « En tant qu'acteur majeur de l'assurance et de la retraite privée en France, nous souhaitons offrir dès aujourd'hui le meilleur PER du marché français et poursuivre sans relâche nos actions de conseil et de pédagogie à destination des épargnants, en y associant étroitement nos réseaux d'agents généraux, de courtiers et de CGP (Conseillers en gestion de patrimoine, ndlr) ».

A lire également : 65% des Français pensent qu'ils vont devoir financer leur retraite par leurs propres moyens

Les conseillers patrimoniaux plébiscitent le PER, hors transfert depuis une assurance-vie

Du côté des professionnels du patrimoine, le PER reçoit un accueil très positif. Le sondage révèle que 98% d'entre eux ont entendu parler du nouveau dispositif, notamment par le biais des assureurs et des médias. 8 sur 10 le considèrent avantageux et les trois-quarts sont prêts à le conseiller à leurs clients. Mais ces professionnels voient le PER comme un produit de diversification, à alimenter progressivement avec une épargne constituée spécifiquement.

Les conseillers rejettent en effet massivement le transfert de l'épargne déposée sur les contrats d'assurance-vie vers un plan d'épargne retraite. Cette possibilité est ouverte jusqu'au 1er janvier 2023 et offre un avantage fiscal supplémentaire aux particuliers qui font ce choix. Néanmoins, le transfert inflige de nouvelles contraintes à l'épargne, qui se retrouve bloquée (contrairement à l'assurance-vie) et fiscalisée à la sortie. Un point qui ne semble pas pertinent pour les professionnels du patrimoine, bien que 44% des Français jugent cette possibilité intéressante.

Les Français ont plus que jamais besoin d'informations

L'éternel frein à la souscription de nouveaux produits de placement est le manque d'informations des particuliers. Selon les résultats du sondage, 92% des personnes interrogées voient des points négatifs quant à l'ouverture d'un Plan d'épargne retraite et le motif principal reste précisément le manque d'informations. Viennent ensuite les caractéristiques du produit, comme le niveau des frais, la performance trop faible, l'indisponibilité de l'épargne avant le départ à la retraite et le risque de perte en capital.

Pourtant, les particuliers interrogés déclarent majoritairement souhaiter gérer librement leur épargne en choisissant eux-mêmes les supports de placement, ou éventuellement avec l'aide d'un conseiller. Moins d'un tiers se dit prêt à déléguer le pilotage de son épargne à des experts de la gestion d'actif.

« Cette étude illustre particulièrement le paradoxe français en matière de connaissance financière. », explique Pascal Koenig, associé Asset Management chez Deloitte. « Alors que son niveau d'éducation financière ressort clairement parmi les moins élevés des pays développés, l'épargnant français privilégie l'auto-information et la gestion libre au détriment de la gestion pleinement conseillée. En outre, l'avantage fiscal prime sur les qualités intrinsèques de la solution d'épargne retraite. Le triptyque historique « Liquidité, sécurité, rendement » perdure auprès des épargnants français alors même que l'environnement financier est complètement transformé et que les horizons d'investissement pour la retraite sont plus longs. Cette réforme ne pourra être un véritable succès sans un accompagnement fort en matière de pédagogie financière tant auprès des particuliers que des professionnels de la gestion de patrimoine. »


Réagir et laisser un commentaire


Soyez le premier à donner votre avis ou poser vos questions


*
*
(votre mail ne sera pas publié)

Cochez si vous souhaitez être averti(e) par mail lors de nouveaux commentaires
Oui, j'accepte les conditions d'utilisation du site