ideal investisseur

Le magazine qui donne du sens à votre argent

twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves twitter @idealinves
ideal-investisseur.fr
Menu ideal-investisseur.fr

Dans quoi investir en 2022 ? Les meilleurs placements



Chaque année, la recherche de placements intéressants devient plus difficile. Après 2 ans de Covid, le retour de l'inflation, l'explosion du prix de l'énergie et les répercussions économiques du conflit en Ukraine compliquent un peu plus les choses. Pour les personnes qui cherchent de la rentabilité, le mot d'ordre de cette année est, plus que jamais, la diversification.
Alors quel est le meilleur placement en 2022 ? Tout dépend du montant que vous souhaitez placer, de votre objectif patrimonial et des risques que vous vous acceptez de prendre. Voici nos pistes.

Temps de lecture : 14 minute(s) - | Mis à jour le 16-04-2022 16:16 | Publié le 07-01-2021 14:03
Photo : Adobe Stock - Infographie : ideal-investisseur.fr  

Vous lisez cet article sur
logo ideal investisseur

1. SCPI de bureaux et de logements : un placement qui reste solide

Type : immobilier "papier"
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : faible à moyen
Rentabilité : 4,31% en moyenne de marché sur 2021

Malgré les grands bouleversements du secteur immobilier ces 2 dernières années, les SCPI ont réussi à maintenir une belle continuité. En 2021, le rendement moyen est ressorti à 4,31% (taux sur valeur de marché), soit à peine moins qu'en 2019 (4,4%).

Pourtant, le développement massif du télétravail et les difficultés des commerces auraient pu remettre en question ce modèle. Il n'en est rien. La plupart des gestionnaires ont su tenir la barre et se renouveler quand il fallait.

Au détail, lorsqu'ils souhaitent investir, les particuliers doivent cependant bien évaluer les SCPI avant de prendre leur décision. Car toutes ne se valent pas. Pour un investissement en 2022, ils devront veiller à choisir une structure solide, dotée d'une forte diversification patrimoniale (type de locaux, région...). Les SCPI de défiscalisation sont à regarder avec prudence, beaucoup d'entre elles n'ont pas vraiment brillé ces dernières années (SCPI Pinel...).

Pour rappel, les SCPI sont des sociétés financières destinées à acheter et à mettre en location des immeubles. Pour récolter des fonds, elles proposent aux épargnants d'investir par un achat de parts. Ils perçoivent ensuite une partie des loyers nets de frais de gestion, qui correspond à leur quote-part.

Notre conseil :
Diversifiez la somme investie entre plusieurs SCPI qui n'ont ni les mêmes stratégies, ni le même gestionnaire. Éviter les SCPI de commerces ou trop centrées sur un seul type d'actif ou une seule zone géographique.

Notre sélection :
- Corum Origin, spécialisée dans les immeubles de bureaux en Europe. Elle affiche l'un des meilleurs taux de rendement du marché.
- PF Grand Paris, de Perial. Une SCPI très ancienne et labellisée "investissement responsable", qui choisit ses immeubles avec soin en fonction de leurs performances énergétiques.

Parcourez notre comparateur de SCPI

Quel placement immobilier choisir ?

Voici un récapitulatif des principaux types de placements du marché en fonction de leur potentiel de rendement, des risques liés et de leur intérêt.




2. Immobilier locatif : l'ancien toujours favori. Loi Pinel : attention au prix

Type : immobilier
Investissement : 100.000 € minimum
Risque : faible à moyen
Rentabilité : variable : moins de 2% à Paris, jusqu'à 5% dans des villes moyennes, voire plus

L'investissement locatif reste le placement préféré des Français, ce qui n'a rien de surprenant puisqu'il demeure l'un des plus pertinents. Parmi les possibilités offertes aux particuliers, l'achat d'un logement ancien conserve le meilleur potentiel de rentabilité dans la plupart des cas. Si celle des grandes villes a considérablement baissé au fil de la croissance des prix, y investir sur le long terme est toujours pertinent.

L'épidémie de Covid 19 a rebattu les cartes en matière d'immobilier. Les grands centres urbains sont devenus moins attractifs, au bénéfice des villes moyennes. Certaines offrent de belles opportunités, comme Le Mans, Le Havre et Amiens ou Rouen où les prix de l'immobilier sont encore raisonnables. Quelques-unes sont éligibles à la loi Denormandie, qui permet de bénéficier d'une réduction d'impôt dans l'ancien à la condition de réaliser des travaux correspondant au moins à 25% du coût de l'opération.

En 2022, l'achat d'un bien immobilier neuf ouvre toujours droit à la réduction d'impôt Pinel. La loi de défiscalisation a été prolongée jusqu'en 2024, mais l'avantage fiscal sera progressivement restreint à compter de 2023. La loi Pinel peut être intéressante pour les foyers payant au moins 2000 euros d'impôts par an et disposant d'une capacité d'épargne.

Attention au piège de l'absence de rentabilité. En Pinel comme en Denormandie, les loyers sont plafonnés et les prix d'achat peuvent être trop élevés par rapport au marché local. Le fait que le logement soit neuf n'est pas un bon argument pour payer cher, même si un petit écart de prix avec l'ancien peut se justifier.

Comme avant tout investissement, bien étudier le marché et comparer différentes options est primordial. De même, quelle que soit la ville, la pertinence de l'investissement locatif dépendra de l'emplacement du logement choisi et du bien lui-même.

Plus atypiques, les placements dans les groupements forestiers peuvent constituer de bonnes options. Les rendements sont faibles, mais constants dans la plupart des cas. Le choix d'investir dans des terres agricoles se présente comme une solution pour soutenir l'agriculture locale dans une optique d'investissement responsable.

Attention néanmoins, les parts de GFA peuvent être difficiles à revendre. Ce placement n'est à envisager que dans le cadre d'une diversification patrimoniale.

Notre conseil :
Rendez-vous toujours sur place, visitez le quartier et le logement avant d'acheter. Privilégiez les emplacements centraux (proches transports, emplois, universités, commerces...). Dans le neuf, ne vous laissez pas aveugler par l'éventuel avantage fiscal. Veillez à ce que l'écart avec les prix du marché ancien ne soit pas trop élevé, et calculez la rentabilité potentielle du bien en fonction du loyer de marché, sans toutefois dépasser le plafond.

Découvrez notre classement des villes les plus rentables pour un investissement immobilier


3. Le crowdfunding immobilier : belle rentabilité et risques mesurés

Type : financement de PME
Investissement : à partir de 1000 €
Risque : élevé
Rentabilité : 8% en moyenne sur 12 à 18 mois

C'est peut-être le placement roi pour les investisseurs qui cherchent du rendement et qui sont prêts à prendre des risques. Le crowdfunding immobilier, qui consiste à investir dans un projet de construction ou de réhabilitation d'immeuble, a plusieurs avantages. Si le projet financé est un succès, il permet d'investir sur 18 à 24 mois en moyenne et de générer un rendement de 7 à 10% par an.

Évidemment en cas d'échec, l'intégralité de la somme investie est potentiellement perdue. À ce stade, le taux de défaillance reste cependant faible : 0,10% en moyenne.

En 2022, les choses vont probablement bouger. Les acteurs se fédèrent également depuis quelques années pour créer un fonds de garantie pour indemniser les investisseurs en cas de défaillance. Avec un risque moindre, le rendement va-t-il baisser ? L'avenir le dira.

D'autre part, un nouveau règlement européen va contraindre les plateformes à être totalement indépendantes des opérateurs immobiliers, ce qui va pousser des acteurs comme Lymo et Fundimmo à revoir leur modèle.

Le crowdfunding concernant le financement des PME est plus incertain. S'il permet de soutenir des projets d'entreprise et de bénéficier parfois d'une réduction d'impôt intéressante, il offre peu de visibilité sur la sortie de l'investissement et sur le taux de rentabilité qui sera effectivement dégagé. Le taux de défaillance est aussi plus élevé. Mais il reste un bon moyen de diversifier son portefeuille tout en soutenant l'économie locale.



4. L'assurance-vie multisupport : oui, mais attention aux unités de compte et aux frais

Type : placement financier
Investissement : 100 € minimum
Risque : faible à élevé en fonction des supports choisis
Rentabilité : variable en fonction des supports, 1,1% brut sur les fonds en euros sécurisés en 2021, jusqu'à 11% en gestion pilotée pour un profil offensif (très variable selon le contrat).

Avec des avantages patrimoniaux et fiscaux intéressants dans le cadre d'un investissement long, l'assurance-vie multisupport demeure globalement un bon support de diversification. Mais attention, car tous les contrats ne se valent pas.

Pour choisir au mieux, plusieurs critères sont à prendre en compte. Premièrement, une grande diversité des unités de compte accessibles est préférable. Le choix des investissements prend plus de temps, mais l'avantage est de ne pas s'enfermer dans une sélection restreinte à une poignée de supports.

En deuxième lieu, il faut s'astreindre à comparer les frais. Si les frais d'entrée peuvent souvent être négociés voire annulés, les frais de gestion sont quasiment immuables. Enfin, les garanties offertes par le contrat sont à ne pas négliger.

Ceux qui cherchent un placement pour sécuriser entièrement leur capital seront déçus de la disparition progressive des monosupports, placés à 100% sur des fonds en euros. En multisupport, l'accès à ces fonds est de plus en plus conditionné à un investissement minimum en unités de compte.

Certains contrats multisupports proposent cependant des unités de compte basées sur de l'immobilier, réputées moins risquées que les unités de compte financières. Les offres de gestion profilée sont aussi intéressantes à regarder : un certain nombre d'acteurs communiquent sur les rendements dégagés comme vous pourrez le voir dans notre comparateur d'assurances-vie. Dans la plupart des cas, les performances sont satisfaisantes, notamment pour les profils équilibrés et dynamiques. Évidemment, les taux de rentabilité passés ne préjugent pas des futurs, et la perte en capital reste possible. Veillez donc à bien diversifier vos placements afin de ne pas tout placer à risque. Et visez le long terme.


Notre conseil :
Choisissez un contrat d'assurance-vie qui propose un maximum d'unités de compte pour avoir le choix. Renseignez-vous sur les performances des profils de gestion pilotée disponibles sur les contrats. Favoriser les supports immobiliers pour leurs solides fondamentaux.

Notre sélection :
- Le contrat Serenipierre, chez Primonial. Il propose une sélection de plus de 200 unités de compte, dont des supports immobiliers.
- Darjeeling. Accessible à partir de 100 euros avec un choix de près de 1000 unités de compte et de belles performances passées sur la gestion profilée.









5. Investir en Bourse : choisir ses titres avec soin

Type : titres financiers
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : élevé
Rentabilité : variable en fonction des dividendes et des plus ou moins-values

Pour les épargnants qui peuvent se permettre de risquer une partie de leur capital, l'achat d'actions sur le long terme peut être une bonne idée pour aller chercher du rendement. Cela n'a d'ailleurs pas échappé aux particuliers : le nombre de boursicoteurs a plus que doublé entre 2019 et 2021, selon l'Autorité des marchés financiers (AMF). Parmi eux, la part des moins de 30 ans s'est aussi accrue, notamment via les plateformes de néo-brockers.

Il n'en demeure pas moins que les crises que nous traversons ont provoqué de larges mouvements financiers. En 2022, la situation reste encore incertaine.

Certains secteurs ont été pénalisés plus que d'autres. Il s'agit des entreprises du secteur de l'aérien civil, du tourisme, des banques... Une partie des investisseurs prêts à prendre plus de risques y verront peut-être des placements avec un potentiel élevé de rentabilité à moyen terme.

Plus que jamais, les cours restent très volatiles sur les marchés. L'investissement en Bourse nécessite de suivre l'actualité et de s'imposer des seuils d'achat ou de revente pour limiter ses risques.

Notre conseil :
Prenez votre temps pour choisir vos actions et limitez le nombre de titres dans lesquels vous investissez (10 maximum). Visez une valorisation sur le long terme, ne tentez pas le « trading » si vous n'êtes pas expérimenté. Côté frais, regardez les conditions tarifaires des banques en ligne, souvent intéressantes. L'investissement au travers d'un PEA, qui permet de bénéficier d'avantages fiscaux après 8 ans en cas de plus-value, est à privilégier.

Découvrez 7 actions à suivre en 2022


6. Les fonds indiciels (ETF) : profiter de la croissance globale d'un marché

Type : titres financiers
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : élevé
Rentabilité : variable en fonction du marché

La bourse ne se résume pas aux marchés des actions. D'autres produits financiers peuvent y être achetés. Parmi eux, les fonds indiciels, ou ETF, tirent leur épingle du jeu notamment grâce à leur facilité d'accès.

Les ETF ont pour objectif de reproduire un indice (comme celui du CAC 40 ou un secteur d'activité particulier par exemple) grâce à l'acquisition des nombreux titres financiers qui le composent dans des proportions équivalentes. La variation de leur valeur représente l'évolution moyenne des valeurs sur le marché ciblé. Avantage majeur : ils génèrent peu de frais.

Une fois encore, tout l'enjeu de ce placement est de bien choisir son ETF parmi les nombreuses thématiques qui existent. La crise a par exemple montré que certains secteurs pouvaient être beaucoup plus pénalisés que d'autres. Pour les investisseurs qui souhaitent investir de façon équilibrée, mieux vaut privilégier des fonds très larges.

Notre conseil :
Misez sur le long terme et fixez-vous des seuils en dessous et au-dessus desquels vous décidez d'arbitrer.




7. Plan d'épargne retraite : quelques bons contrats, mais attention aux frais !

Type : titres financiers
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : faible à élevé en fonction des supports
Rentabilité : variable en fonction du marché

Le plan d'épargne retraite (PER) est un placement qui a vu le jour en octobre 2019 pour remplacer les anciens dispositifs de retraite complémentaire. L'épargne déposée y est bloquée jusqu'à la retraite, moment auquel il est possible de récupérer le montant constitué sous forme de capital, de rente viagère ou sur un mode mixte. Attention, le PER propose de placer de l'argent sur des supports financiers, ce qui suppose un risque de perte en cas de baisse des marchés.

Le PER fonctionne sur le même système que l'assurance-vie : il s'agit d'un contrat multisupport permettant d'investir sur des unités de compte. Les critères de choix sont donc relativement similaires. Si le nombre de supports disponibles est à regarder à la loupe, les frais requièrent une attention particulière.

Un rapport remis en 2021 au ministre de l'Economie mentionne des frais "exorbitants", à même de plomber le rendement. À partir de juin 2022, les différents acteurs de la place vont être contraints à afficher tous les frais de façon claire. Enfin, les garanties du contrat ne sont pas non plus à négliger (réversion au conjoint...).

Notre conseil :
Evitez les contrats à frais élevés, misez sur les plans qui proposent le plus d'unités de compte.

Notre sélection :
- Le PER Linxea, qui propose des frais réduits et une grande diversité de supports (312 unités de compte)
- Pour les indépendants, Ampli PER Liberté, qui permet d'investir à 100% sur un fonds en euros avec 0 frais d'entrée et seulement 0,5% de gestion par an.

8. Épargne salariale : profitez de l'abondement de l'employeur

Type : titres financiers
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : faible à élevé selon support
Rentabilité : variable en fonction du marché

Certaines entreprises proposent à leurs salariés de participer à plan d'épargne entreprise (PEE). L'avantage est qu'ils peuvent alors verser leur prime d'intéressement ou leur participation. Celles-ci échappent alors à l'impôt sur le revenu.

Les fonds sont bloqués pendant au moins 5 ans (hors cas exceptionnels). L'argent est placé sur des FCPE au choix du salarié parmi ceux proposés dans le PEE. Évidemment, ces produits financiers engendrent un risque de perte en capital. Mais en plus de la défiscalisation, ce placement peut aussi permettre de profiter d'un abondement de l'entreprise. Cette piste est donc à envisager sérieusement pour diversifier son patrimoine.

9. Investissement dans les PME via les FIP ou FCPI : attention au mirage de l'avantage fiscal

Type : titres financiers non cotés en Bourse
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : élevé
Rentabilité : variable selon le fonds

Les épargnants qui souhaitent soutenir des PME peuvent investir dans des fonds spécifiques tels que les FIP et les FCPI. En échange d'un blocage de l'argent pour une durée de 5 ans, ils bénéficient d'une réduction d'impôt sur le revenu équivalente à 25% du montant investi. C'est précisément l'avantage fiscal qui rend ces fonds attractifs : peu des FIP ou FCPI débouclés à ce jour ont enregistré une rentabilité positive hors réduction d'impôt.

Beaucoup de fonds sont ouverts, couvrant une grande variété de thématiques. Ils peuvent par exemple être dédiés au soutien d'entreprises locales ou de projets d'investissement socialement responsables (ISR).

Avant d'investir son argent, mieux vaut consulter l'historique des rendements de la société de gestion qui propose d'investir : certaines affichent des rendements négatifs. Autrement dit, ce que les investisseurs ont gagné en réduction d'impôt a été perdu par les choix d'investissement du fonds. Une attention particulière doit aussi être portée aux frais.

10. Cryptomonnaies : être prêt à tout perdre pour peut-être encaisser le gros lot

Type : cryptoactifs
Investissement : à partir de quelques centaines d'euros
Risque : élevé
Rentabilité : variable

Le Bitcoin fait beaucoup parler d'elle ces dernières années pour sa grande volatilité. Entre le printemps 2021 et début 2022, sa valeur a toutefois été divisée par 2, ce qui invite à la prudence.

Car le Bitcoin et toutes les autres cryptomonnaies restent, à ce jour, des actifs purement spéculatifs. La situation sera-t-elle différente d'ici quelques mois ? Peut-être, peut-être pas. Le marché encaisse autant de bonnes nouvelles que de mauvaises, et fait l'objet d'incertitudes.

L'année dernière, le Salvador est devenu le premier pays au monde à faire du Bitcoin en monnaie officielle. En parallèle, la Chine a banni les cryptomonnaies de son sol. La plupart des États ne savent pas encore comment les réglementer. Tesla a annoncé accepter les Bitcoins comme moyen de paiement, avant de se raviser, la cryptomonnaie ayant une consommation électrique délétère pour l'environnement.

Les rumeurs et coups de pub autour des cryptos se sont multipliés sur les réseaux sociaux, entraînant de lourdes pertes pour des investisseurs débutants sur des cryptos plus que douteuses. En parallèle, les acteurs du monde de la finance s'intéressent de près à la DeFi, les NFT décollent et les "smart contracts "commencent à trouver des applications.

Bref, à ce stade, personne ne sait où en seront les cryptomonnaies dans 10 ans, et si ceux qui y investissent aujourd'hui avaient raison ou tort. Les personnes qui souhaitent investir doivent considérer l'argent investi comme placé 100% à risque. Autrement dit, elles doivent être prêtes à tout perdre pour imaginer faire une plus-value conséquente.

11. Placements atypiques : avec parcimonie, prudence et vérifications préalables

En cette période particulière qui fait se croiser une importante épargne accumulée par les Français et des taux très bas, les particuliers sont invités à se méfier de tous les placements atypiques qui fleurissent, promettant des rendements incroyables, garantis ou sans risques.

Tous les supports qui sortent de l'ordinaire doivent susciter une vigilance particulière : vins, art, whisky, chevaux de course, Forex, cryptomonnaies... Avant tout investissement, mieux vaut se renseigner sur le sérieux et la fiabilité de l'investissement et surtout de l'intermédiaire qui le propose. L'Autorité des Marchés Financiers répond aux questions des particuliers et met régulièrement à jour une liste noire des sites Internet frauduleux.

Conserver ses placements sans risque

Comme les années précédentes, le rendement des produits d'épargne à capital garanti sera faible en 2022, d'autant que l'inflation fait son grand retour. Par exemple, si le rendement du livret A a été poussé à 1% net, il ne faut pas oublier que les prévisions d'inflation tournent entre 3,7 et 4,4% pour cette année. Autrement dit, les prix vont progresser 4 fois plus vite et l'épargne placée sur un livret va mécaniquement perdre du pouvoir d'achat.

Dans un environnement volatile, il reste cependant judicieux de les conserver pour protéger une partie de ses économies. Rappelons que l'épargne de précaution est le premier placement à privilégier pour pouvoir faire face aux éventuels aléas de la vie. Les placements sans risques restent aussi intéressants comme alternative aux comptes courants pour déposer de l'argent avant une dépense ou un placement.


Partagez sur les réseaux sociaux !


merci magazine ideal investisseur


Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

CAC40 :
Le CAC 40 est un indice boursier qui regroupe les 40 entreprises françaises cotées en bourse ayant la plus grande capitalisation. « CAC » signifie « Cotation Assistée en Continu ». L'indice est aussi un indicateur de l'évolution économique des grandes entreprises françaises.

Cryptomonnaie :
Une cryptomonnaie est une monnaie virtuelle. La plus célèbre est actuellement le Bitcoin. Elle n'est pas émise par une banque centrale et n'a pas de correspondance en espèce. Les cryptomonnaies sont uniquement échangeables grâce au protocole blockchain. Aucune n'a actuellement de cours légal.

ISR :
L'Investissement Socialement Responsable est un mode d'investissement, qui prend en compte des critères purement financiers ainsi que des critères extra-financiers. Les qualités de l'entreprise étudiée sont examinées sous l'angle de critères environnementaux (impact sur le climat notamment, pollution liée...), sociaux (impact dans la société ou sur les salariés) et de gouvernance (méthode de gestion). Ces critères sont souvent désignés par le sigle "ESG". Ces données extra-financières sont désormais reconnues comme exprimant un risque pour les entreprises, qui peut impacter leur rentabilité financière.
Certains produits d'investissement qui sélectionnent des entreprises par le prisme de ces critères peuvent demander à obtenir le label ISR. Ce label est destiné à ce que le produit financier soit identifiable par le public, et son obtention n'est pas obligatoire.



Envie de donner votre avis, de partager un commentaire ?

* Information obligatoire
10000

Commentaires

Pas encore de commentaires. Soyez le premier !