ideal investisseur
La synthèse de l'actualité économique et patrimoniale
ideal-investisseur.fr 
Menu ideal-investisseur.fr

🏠 Accueil   ➤    Épargne & placements

Les meilleurs placements pour 2021

Chaque année qui passe rend la recherche d'un placement intéressant plus compliqué. La pandémie a rendu les choses encore plus complexes. Pour ceux qui cherchent de la rentabilité, le mot d'ordre de cette année sera plus que jamais la diversification.
Alors quel est le meilleur placement pour 2021 ? Tout dépend du montant que vous souhaitez placer, de votre objectif patrimonial et des risques que vous vous acceptez de prendre. Voici nos pistes.

Par | Publié le 07-01-2021 14:03, Mis à jour le 05-02-2021 18:20
Photo : Adobe Stock - Infographie : ideal-investisseur.fr  

1. SCPI de bureaux et de logements : un placement solide malgré la baisse attendue des rendements

Si l'immobilier de bureaux a moins souffert que les commerces en 2020, cette année pourrait être celle de grands bouleversements liés aux usages. La pandémie a propulsé le télétravail sur le devant de la scène. Cette expérimentation forcée pourrait donner lieu à une modification de la demande de bureaux de la part des sociétés.

La généralisation du télétravail est l'une des possibilités d'évolution. Certaines grandes entreprises du numérique ont décidé de basculer presque intégralement en télétravail. D'autres avaient amorcé un virage depuis quelques années. Favorisant une présence des salariés seulement 2 à 3 jours par semaine, elles ont déjà réduit la taille de leurs locaux. Ces nouveaux usages pourraient avoir des conséquences sur la pertinence du patrimoine des SCPI de bureaux, et, à moyen terme, sur leur rentabilité. L'évolution du prix des parts et du taux de distribution est attendue.

La SCPI reste néanmoins, à ce stade, l'un des meilleurs placements en matière d'équilibre rendement/risque. Pour 2020, le rendement devrait se situer autour de 4%. Un bon taux, bien qu'inférieur à celui de 2019 (4,4% en moyenne), qui cache de fortes disparités entre les différents fonds.

Pour un investissement en 2021, les particuliers devront veiller à choisir une SCPI solide, dotée d'une forte diversification patrimoniale (type de locaux, région...). Les immobilières défiscalisantes peuvent aussi s'avérer intéressantes (SCPI Pinel...).

Notre conseil :
Diversifiez la somme investie entre plusieurs SCPI qui n'ont ni les mêmes stratégies, ni le même gestionnaire. Éviter les SCPI de commerces ou centrées sur le tourisme.

Notre sélection :
- Corum Origin, spécialisée dans les immeubles de bureaux en Europe. Elle affiche l'un des meilleurs taux de rendement du marché.
- Épargne Foncière, de La Française AM. Une des SCPI les plus anciennes du marché avec une des plus larges capitalisations.

Parcourez notre comparateur de SCPI

SCPI de commerces : de grandes incertitudes

Qui aurait pu prédire les grands bouleversements que la pandémie a engendré en quelques mois ? L'immobilier commercial restait pertinent jusqu'en mars 2020. Depuis, les commerces ont souffert des périodes de confinement. Pris en étau entre l'absence de revenus et l'accumulation des charges, beaucoup se sont retrouvés à court de trésorerie et ont été contraints de renégocier leur loyer. D'autres ont malheureusement dû mettre la clé sous la porte. L'avenir des restaurants, bars et hôtels, chers au dynamisme économique du pays, est toujours tristement incertain.

Dans ce contexte, les SCPI de commerces voient aussi leur avenir s'assombrir. Peu se sont diversifiées vers d'autres classes d'actifs immobiliers. Comme pour les commerçants, 2021 sera vraisemblablement une année charnière. A moins de tabler sur un fort rebond et d'être en mesure de prendre des risques avec son capital, mieux vaut passer son tour cette année.


1.	SCPI de bureaux et de logements : un placement solide malgré la baisse attendue des rendements

Crédit(s) photo(s) :  


2. Immobilier : l'ancien est roi ! Pinel et Denormandie : attention au prix

L'investissement immobilier reste le placement préféré des Français, ce qui n'a rien de surprenant puisqu'il demeure l'un des plus pertinents. Parmi les possibilités offertes aux particuliers, l'achat d'un logement ancien conserve le meilleur potentiel de rentabilité dans la plupart des cas. Si celle des grandes villes a considérablement baissé, y investir sur le long terme est toujours pertinent.

Certaines villes moyennes offrent aussi de belles opportunités, comme Mulhouse, Perpignan, Le Mans, Le Havre et Besançon où les prix de l'immobilier sont encore raisonnables. Quelques-unes sont éligibles à la loi Denormandie, qui permet de bénéficier d'une réduction d'impôt à la condition de réaliser des travaux correspondant au moins à 25% du coût de l'opération.

En 2021, l'achat d'un bien immobilier neuf ouvre toujours droit à la réduction d'impôt Pinel. La loi de défiscalisation a été prolongée jusqu'en 2024, mais l'avantage fiscal sera progressivement restreint à compter de 2023. La loi Pinel peut être intéressante pour les foyers payant au moins 2000 euros d'impôts par an et disposant d'une capacité d'épargne. Attention néanmoins au piège de l'absence de rentabilité. Les loyers sont plafonnés, et les prix d'achat peuvent être trop élevés par rapport au marché local. Comme avant tout investissement, bien étudier le marché et comparer différentes options est primordial. De même, quelle que soit la ville, la pertinence de l'investissement locatif dépendra de l'emplacement du logement choisi et du bien lui-même.

Découvrez notre classement des villes les plus rentables pour un investissement immobilier

Plus atypiques, les placements dans les groupements forestiers peuvent constituer de bonnes options. Les rendements sont faibles, mais constants dans la plupart des cas. Le choix d'investir dans des terres agricoles se présente comme une solution pour soutenir l'agriculture locale dans une optique d'investissement responsable.

Notre conseil :
Rendez-vous toujours sur place, visitez le quartier et le logement avant d'acheter. Privilégiez les emplacements centraux (proches transports, emplois, universités, commerces...). Dans le neuf, ne vous laissez pas aveugler par l'éventuel avantage fiscal. Veillez à ce que l'écart avec les prix du marché ancien ne soit pas trop élevé, et calculez la rentabilité potentielle du bien sur le loyer de marché, sans toutefois dépasser le plafond.


3. Le crowdfunding immobilier : belle rentabilité et risques mesurés

C'est peut-être le placement roi pour les investisseurs qui cherchent du rendement et qui sont prêts à prendre des risques. Le crowdfunding immobilier, qui consiste à investir dans un projet de construction ou de réhabilitation d'immeuble, a plusieurs avantages. Si le projet financé est un succès, il permet d'investir sur 18 à 24 mois en moyenne et de générer un rendement de 7 à 10% par an. Évidemment en cas d'échec, l'intégralité de la somme investie est potentiellement perdue. A ce stade, le taux de défaillance reste cependant faible : 0,57% en 2019 et 0,74% au premier trimestre 2020 selon le baromètre Fundimmo / Hellowrowdfunding.

Le crowdfunding concernant le financement des PME est plus incertain. S'il permet de soutenir des projets d'entreprise et de bénéficier parfois d'une réduction d'impôt intéressante, il offre peu de visibilité sur la sortie de l'investissement. Le taux de défaillance est aussi plus élevé. Mais il reste un bon moyen de diversifier son portefeuille tout en soutenant l'économie locale.


4. L'assurance-vie multisupport : oui, mais attention aux unités de compte et aux frais

Avec des avantages patrimoniaux et fiscaux intéressants dans le cadre d'un investissement long, l'assurance-vie multisupport demeure globalement un bon support de diversification. Mais attention, car tous les contrats ne se valent pas.

Pour choisir au mieux, plusieurs critères sont à prendre en compte. Premièrement, une grande diversité des unités de compte accessibles est préférable. Le choix des investissements prend plus de temps, mais l'avantage est de ne pas s'enfermer dans une sélection restreinte à une poignée de supports. En deuxième lieu, il faut s'astreindre à comparer les frais. Si les frais d'entrée peuvent souvent être négociés voire annulés, les frais de gestion sont quasiment immuables. Enfin, les garanties offertes par le contrat sont à ne pas négliger.

Ceux qui cherchent un placement pour sécuriser entièrement leur capital seront déçus de la disparition progressive des monosupports, placées 100% sur des fonds en euros. Leur accès est désormais souvent conditionné à l'investissement sur des supports financiers. Certains assureurs ont même implicitement renoncé à garantir le capital, et peuvent maintenant prélever leurs frais au-delà du rendement annuel. Certains contrats multisupports proposent cependant des unités de compte basées sur de l'immobilier, réputées moins risquées que les unités de compte financières.

Notre conseil :
Choisissez un contrat d'assurance-vie qui propose un maximum d'unités de compte pour avoir le choix. Les supports immobiliers à favoriser pour leurs solides fondamentaux.

Notre sélection :
- Le contrat Serenipierre, chez Primonial. Il propose une sélection de plus de 200 unités de compte, dont des supports immobiliers.
- Titres@Vie chez Altaprofits. Avec plus de 500 unités de compte, 0% de frais d'entrée et des outils de gestion innovants disponibles en ligne.


4.	L'assurance-vie multisupport : oui, mais attention aux unités de compte et aux frais
 

5. Investir en bourse : attention au secteur !

Pour les épargnants qui peuvent se permettre de risquer une partie de leur capital, l'achat d'actions sur le long terme peut être une bonne idée. La crise du coronavirus a provoqué de larges mouvements financiers au printemps. Début 2021, les cours des actions ont repris une certaine normalité, bien que la situation reste encore incertaine.

La crise sanitaire mondiale que nous traversons a pénalisé certains secteurs plus que d'autres. Il s'agit des entreprises oeuvrant dans les secteurs les plus touchés par la crise : l'aérien civil, avec des valeurs comme Air France, et l'hôtellerie, notamment représentée par Accor. Une partie des investisseurs prêts à prendre plus de risques y verront peut-être des placements avec un potentiel élevé de rentabilité à moyen terme.

Découvrez notre sélection de 8 actions françaises où investir en 2021

Notre conseil :
Prenez votre temps pour choisir vos actions et limitez le nombre de titres dans lesquels vous investissez (10 maximum). Visez une valorisation sur le long terme, ne tentez pas le « trading » si vous n'êtes pas expérimenté. Côté frais, regardez les conditions tarifaires des banques en ligne, souvent intéressantes. L'investissement au travers d'un PEA, qui permet de bénéficier d'avantages fiscaux après 8 ans en cas de plus-value, est à privilégier.

6. Les fonds indiciels : profiter de la croissance globale d'un marché

Les fonds indiciels, ou ETF, tirent leur épingle du jeu notamment grâce à leur facilité d'accès. Ces produits financiers ont pour objectif de reproduire un indice (comme celui du CAC 40* ou un secteur d'activité particulier par exemple) grâce à l'acquisition des nombreux titres financiers qui le composent dans des proportions équivalentes. La variation de leur valeur représente l'évolution moyenne des valeurs sur le marché ciblé. Avantage majeur : ils génèrent peu de frais.

Une fois encore, tout l'enjeu de ce placement est de bien choisir son ETF parmi les nombreuses thématiques qui existent. La crise a par exemple montré que certains secteurs pouvaient être beaucoup plus pénalisés que d'autres. Pour les investisseurs qui souhaite investir de façon équilibrée, mieux vaut privilégier des fonds très larges.

Notre conseil :
Misez sur le long terme et fixez-vous des seuils en dessous et au-dessus desquels vous décidez d'arbitrer.

7. Plan d'épargne retraite : quelques bons contrats, mais attention aux frais !

Le plan d'épargne retraite (PER) est un placement qui a vu le jour en octobre 2019. Depuis l'automne dernier, il remplace les dispositifs précédents comme le PERP et le Madelin. L'épargne déposée y est bloquée jusqu'à la retraite, moment auquel il est possible de récupérer le montant constitué sous forme de capital ou de rente. Attention toutefois, le PER propose de placer de l'argent sur des supports financiers, ce qui suppose de supporter un risque de perte en cas de baisse.

Le PER fonctionne sur le même système que l'assurance-vie : il s'agit d'un contrat multisupport permettant d'investir sur des unités de compte. Les critères de choix sont donc relativement similaires. Si le nombre de supports disponibles est à regarder à la loupe, les frais requièrent une attention particulière. En novembre 2020, 60 millions de consommateurs épinglait les PER pour leurs frais trop élevés, à même de plomber le rendement. Enfin, les garanties du contrat ne sont pas non plus à négliger (réversion au conjoint...).

Notre conseil :
Evitez les contrats à frais élevés, misez sur les plans qui proposent le plus d'unités de compte.

Notre sélection :
- Le PER Linxea, qui propose des frais réduits et une grande diversité de supports (312 unités de compte)
- Pour les indépendants, Ampli PER Liberté, qui permet d'investir à 100% sur un fonds en euros avec 0 frais d'entrée et seulement 0,5% de gestion par an.

8. Épargne salariale : profitez de l'abondement de l'employeur

Certaines entreprises proposent à leurs salariés de participer à plan d'épargne entreprise (PEE). L'avantage est qu'ils peuvent alors verser leur prime d'intéressement ou leur participation. Celles-ci échappent alors à l'impôt sur le revenu.

Les fonds sont bloqués pendant au moins 5 ans (hors cas exceptionnels). L'argent est placé sur des FCPE au choix du salarié parmi ceux proposés dans le PEE. Évidemment, ces produits financiers engendrent un risque de perte en capital. Mais en plus de la défiscalisation, ce placement peut aussi permettre de profiter d'un abondement de l'entreprise. Cette piste est donc à envisager sérieusement pour diversifier son patrimoine.

9. Investissement dans les PME via les FIP ou FCPI : l'avantage fiscal d'abord

Les épargnants qui souhaitent soutenir des PME peuvent investir dans des fonds spécifiques tels que les FIP et les FCPI. En échange d'un blocage de l'argent pour une durée de 5 ans, ils bénéficient d'une réduction d'impôt sur le revenu équivalente à 25% du montant investi. C'est précisément l'avantage fiscal qui rend ces fonds attractifs : peu des FIP ou FCPI débouclés à ce jour ont enregistré une rentabilité positive hors réduction d'impôt.

Beaucoup de fonds sont ouverts, couvrant une grande variété de thématiques. Ils peuvent par exemple être dédiés au soutien d'entreprises locales ou de projets d'investissement socialement responsables (ISR)*.

10. Bitcoins : être prêt à tout perdre pour peut-être encaisser le gros lot

La cryptomonnaie* star fait beaucoup parler d'elle ces derniers mois, franchissant record sur record. Faut-il investir dans cette monnaie numérique ? La réponse dépend de l'objectif patrimonial de l'investisseur et surtout de sa volonté de prendre ou non des risques importants.

Car le Bitcoin reste, à ce jour, un support purement spéculatif : peu de biens et de services peuvent être acquis avec cette cryptomonnaie. La situation sera-t-elle différente d'ici quelques mois ? Peut-être. Mais en attendant, l'histoire du Bitcoin a démontré que sa valeur pouvait monter très haut très vite, puis redescendre très bas tout aussi rapidement. Une seule chose est certaine : à son lancement en 2010, 1 Bitcoin valait environ 0,04 euros. Le 7 janvier 2021, il approchait les 31.000 euros. Mais les arbres montent-ils jusqu'au ciel ?

Les personnes qui souhaitent investir dans cette cryptomonnaie doivent considérer l'argent investi comme placé 100% à risque. Autrement dit, elles doivent être prêtes à tout perdre pour imaginer faire une plus-value conséquente.

11. Placements atypiques : avec parcimonie, prudence et vérifications préalables

En cette période particulière qui font se croiser une importante épargne accumulée par les Français et des taux très bas, les particuliers sont invités à se méfier de tous les placements atypiques qui fleurissent, promettant des rendements incroyables, garantis ou sans risques.

Tous les supports qui sortent de l'ordinaire doivent susciter une vigilance particulière : vins, art, whisky, chevaux de course, Forex et autres cryptomonnaies... Avant tout investissement, mieux vaut se renseigner sur le sérieux et la fiabilité de l'investissement et surtout de l'intermédiaire qui le propose. L'Autorité des Marchés Financiers répond aux questions des particuliers et met régulièrement à jour une liste noire des sites Internet frauduleux.

Conserver ses placements sans risque

Comme les années précédentes, le rendement des produits d'épargne à capital garanti sera proche de 0 en 2021. Dans un environnement volatile, il reste cependant judicieux de les conserver pour protéger une partie de ses économies. Rappelons que l'épargne de précaution est le premier placement à privilégier pour pouvoir faire face aux éventuels aléas de la vie.

Les placements sans risques sont aussi intéressants comme alternative aux comptes courants pour déposer de l'argent avant une dépense ou un placement. Les stars du genre restent le Livret A et le LDDS, avec des intérêts non fiscalisés et un plafond de dépôt élevé (respectivement 22.900 euros et 12.000 euros).


Poster un commentaire

Commentaire

Nom

Adresse e-mail

Votre adresse e-mail n'est pas publiée lorsque vous ajoutez un commentaire.
Tous les champs sont obligatoires pour soumettre votre commentaire.

S'abonner à la newsletter




Mieux comprendre l’article
Les mots marqués d'un * ou soulignés dans l'article sont brièvement définis ici.

CAC40 :
Le CAC 40 est un indice boursier qui regroupe les 40 entreprises françaises cotées en bourse ayant la plus grande capitalisation. « CAC » signifie « Cotation Assistée en Continu ». L'indice est aussi un indicateur de l'évolution économique des grandes entreprises françaises.

Cryptomonnaie :
Une cryptomonnaie est une monnaie virtuelle. La plus célèbre est actuellement le Bitcoin. Elle n'est pas émise par une banque centrale et n'a pas de correspondance en espèce. Les cryptomonnaies sont uniquement échangeables grâce au protocole blockchain. Aucune n'a actuellement de cours légal.

ISR :
L'Investissement Socialement Responsable est un mode d'investissement, qui prend en compte des critères purement financiers ainsi que des critères extra-financiers. Les qualités de l'entreprise étudiée sont examinées sous l'angle de critères environnementaux (impact sur le climat notamment, pollution liée...), sociaux (impact dans la société ou sur les salariés) et de gouvernance (méthode de gestion). Ces critères sont souvent désignés par le sigle "ESG". Ces données extra-financières sont désormais reconnues comme exprimant un risque pour les entreprises, qui peut impacter leur rentabilité financière.
Certains produits d'investissement qui sélectionnent des entreprises par le prisme de ces critères peuvent demander à obtenir le label ISR. Ce label est destiné à ce que le produit financier soit identifiable par le public, et son obtention n'est pas obligatoire.